Commentaire composé du texte Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil

748 mots 3 pages
Le texte Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil a été écrit par Jean de Léry en 1578, où le genre était humaniste. Ce récit présente un dialogue entre un vieilard indien Tupinamba et l'auteur, un européen.
Comment Jean de Léry nous montre que ce récit est humaniste ?
Tout d'abord, nous étudierons la confrontation de deux civilisations opposées et nous verrons les qualités des indiens.

Nous pouvons constater deux milieux complètement différents : l'européen qui participe à une expédition au Brésil et un indien Tupinamba. D'abord, l'indien est décrit âgé, « vieillard » l.3, symbole de la sagesse et de la maturité. L'indien ne comprend pas pourquoi l'européen est tant intéressé par le bois du Brésil alors qu'il en a dans son pays ; « […] veniez de si loin pour quérir du bois pour vous chauffer, n'y en -t-il point en votre pays ? » l.5à7. On remarque également qu'ils n'ont pas le même usage du bois, l'européen s'en sert de chauffage et les indiens, pour rougir leurs cordons de coton, plumages et autres choses. En effet, on constate une opposition des biens. Les indiens ont des objets « doux » : « coton, plumages » l.11 alors que les européens ont des objets « durs » : « couteaux, ciseaux, miroirs » l.17. De plus, les objets des indiens sont simples, tirés par chacun de la nature et ne font pas référence à l'industrie et au commerce, contrairement aux européens. Aux lignes 41 et 42, « de la propre bouche d'un pauvre sauvage » se trouve une allitération des mots propre et pauvre. A travers ce récit, « c'est à dire » est répété trois fois aux lignes 3, 5 et 32, ce qui permet de traduire en quelque sorte le langage des indiens : « Arabotan » l.3, « Mairs et Peros » l.5, « Mairs » l.31. On peut remarquer qu'aux lignes 31 et 33, il y a un jeu de mots avec « mairs » (Français) et « mer ». Jean de Léry utilise l'adjectif possessif « mon » pour parler du vieux Tupinamba, comme s'il s'en appropriait, comme s'il était son maître : « mon sauvage » l.20, « mon

en relation

  • Francais
    7050 mots | 29 pages
  • Le rituel anthropophage des tupinamba, jean de léry
    1820 mots | 8 pages
  • Cendrars-oeuvres
    13429 mots | 54 pages
  • Français première
    32505 mots | 131 pages
  • 314120 001 C
    7209 mots | 29 pages
  • La question de l'alterité
    36781 mots | 148 pages
  • Scecance 1 seconde
    33906 mots | 136 pages
  • Vers un espace culturel européen : la renaissance
    5866 mots | 24 pages
  • Vendredi
    6824 mots | 28 pages
  • Mémoires d'une jeune fille rangée
    2856 mots | 12 pages