Commentaire de miserables, victor hugo, jean valjean, cosette : la petite toute seule

891 mots 4 pages
Victor Hugo a commencé les Misérables en 1845 sous le titre les Misères. Dans sa préface, en effet, il défend l’utilité de ce livre « tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère » . Les personnages principaux de cette œuvre suscitent notre pitié par leur état de faiblesse, de pauvreté et de souffrance. Or, Quoi de plus faible qu’un enfant ? Dans cet extrait, la petite cosette , fillette de huit ans, est forcée par ses tuteurs d’aller chercher de l’eau dans la foret en pleine nuit. Avec l’enfant nous allons être plongés dans un monde angoissant ou tout repère disparaît. Il s’agira d’abord d’étudier cet effroi de la fillette devant une nature hostile ou comment elle est, selon les termes mêmes de l’auteur « atrophiée par la nuit » Puis nous verrons comment l’auteur lui-même est plongé dans une angoisse morbide.

Les deux premiers paragraphes s’apparentent a une description du paysage tel que cosette le voit : « l’enfant regardait », et à travers son « oeil éloigné », le narrateur nous décrit ce qu’elle ressent. Jusqu'à la ligne 14 d’ailleurs les verbes sont a l’imparfait, temps de la description. Ces sens sont mis en éveil, sa vue est troublée par la lune dont le halo de brume déforme la taille et diminue la visibilité,les buissons sont « difformes » ,l’ouie est sollicitée par le sifflement du vent rendu plus vif par les allitérations en (s) « soufflait » « froissement » et « sifflait » , et en même temps effrayant par des silences inhabituels »aucun froissement de feuilles ». L’enfant est perdue dans un monde qu’elle ne connaît pas : son ouïe est égaré et elle ne reconnaît pas un astre aussi familier que la lune.
Non seulement, c’est un monde inconnu, mais aussi hostile et menaçant dans lequel elle est comme une bête traquée : cela est rendu par l’usage du mot proie ainsi que par de nombreux pluriels qui sont d’autant plus d’ennemis tapis dans l’ombre. La nature est peuplée de ces être multiformes, ou bien elle est personnifiée en monstres redoutables : «

en relation

  • Commentaire de miserables, victor hugo, jean valjean, cosette : la petite toute seule
    1102 mots | 5 pages
  • VICTOR HUGO
    9763 mots | 40 pages
  • Les misérables résumé
    2755 mots | 12 pages
  • Les misérables.adaptation
    21543 mots | 87 pages
  • Lire les Misérables
    100130 mots | 401 pages
  • Hugo les miserable contexte historique
    15925 mots | 64 pages
  • thib
    3215 mots | 13 pages
  • 585 hugo les miserables
    96162 mots | 385 pages
  • Hugo
    19124 mots | 77 pages
  • Madame bovary
    15173 mots | 61 pages