Commentaire de spleen

Pages: 10 (2337 mots) Publié le: 18 avril 2012
Problématique : En quoi le Spleen peut-il être poétique ? En quoi poète et Spleen sont-ils liés ?

Introduction

Dernier poème de la section Spleen et Idéal des Fleurs du Mal, Spleen LXXVIII de Baudelaire, reprend, dérive et amplifie ce désespoir du vivre. Entre attente et angoisse, quelle vision du Spleen nous livre le poème et en quoi sont-ils liés ? La montée de l’angoisse, le moment de lacrise constitueraient des éléments d’étude susceptibles de nous répondre.

Plan détaillé du commentaire

I) La montée de l’angoisse
Les trois premiers quatrains forment une unité de sens : il s’agit pour le poète d’annoncer le Spleen et de décrire sa progression.

A) Le constat
 Présence obsédante
De tous côté, le Spleen est là. Il se remarque dans le « ciel » dont la qualification « baset lourd » (v. 1) adopte le profil de celui écrasé par l’angoisse. Il se profile à « l’horizon » (v 3), comme une menace lointaine qui s’avance. Il se réfère au « jour » comme à la « nuit » (v 4), à un ennui, une angoisse qui étreint les journées, que la lumière aurait pu chasser, et les nuits, qui pourraient apporter un repos. Mais les deux sont gagnées par le Spleen : « un jour noir plus tristeque les nuits », où les adjectifs renvoient au champ lexical de la peine, le deuxième appuyé par un comparatif de supériorité. Renforcé par les deux adjectifs de chaque côté du comparatif, le Spleen semble gagner les deux parties du cycle. La « terre », enfin, se modifie sous l’action du Spleen (v 5) qui joue sur plusieurs niveaux. Cette « terre » peut en effet s’entendre comme le globeterrestre, le champ lexical du cercle se trouvant présent, mais le terme peut également renvoyer à ce qui constitue notre humanité. Lorsque le poète énonce : « la terre est changée en un cachot humide » (v 5), il joue sur plusieurs niveaux : le champ lexical de la pluie, la transformation, « est changée », qui cohabite avec la personnification passive, le champ lexical de la prison, liant pluie etenfermement, Spleen et enfermement et par association, pluie et enfermement.
 L’enfermement
L’enfermement, ce serait aussi ce sentiment que le Spleen gagne les habitations, les refuges possibles, puisqu’il touche aux « murs » (v 7), aux « plafonds » (v 8). Nous avons relevé le champ lexical de la prison au vers 5, mais celui-ci s’étend à la strophe suivante où nous relevons la métaphore « d’une vasteprison imite les barreaux » (v 10), avec enjambement sur les vers 9 et 10 et inversion du sujet qui place l’élément important, « les barreaux », en fin de vers.
 Le ruissellement
Le Spleen, enfin, s’infiltre, il dégouline par la pluie, le ruissellement sur les fenêtres, « Quand la pluie étalant ses immenses traînées » (v 9), comme sur la ville, où le vers s’allonge par l’allitération en « l » et« m » et l’assonance en « an ». Cette pluie constitue également un élément actif, nous suggère le choix du verbe « verse » (v. 4) qui personnifie le Spleen et l’associe à une nature volontairement associée à l’ennui. Peut-être faudrait-il voir dans cette association une manière de combattre le romantisme dans son désir de communion avec la nature. Si la nature est ici au diapason, elle épouse plutôtl’angoisse et l’enfermement, elle enferme le poète et se distingue, de toutes parts.

B) L’attente
 Une répétition de l’angoisse
L’anaphore « Quand » présente dans les trois premiers quatrains suggère en effet l’impossibilité d’échapper au Spleen qui se diffuse dans l’atmosphère et touche à tous ses supports « ciel », « terre », « pluie ». Mais elle rappelle, également, par sa répétition,l’ennui temporel de l’habitude, le rappel immuable du même évènement. Elle martèle l’attente.
 Un rapprochement perceptible
Cette attente est reçue par le poète qui la constate, pourrions-nous dire, à l’extérieur, si nous nous référons aux champs lexicaux déjà observés de la terre, du ciel et de la pluie. Mais cette montée de l’angoisse passe également, de façon discrète, dans les premiers...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire SPLEEN
  • Commentaire spleen
  • Spleen, commentaire
  • Commentaire spleen
  • Spleen commentaire
  • Commentaire "les fenêtres", le spleen de paris
  • Spleen baudelaire, commentaire
  • Commentaire sur spleen de baudelaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !