Commentaire

Pages: 9 (2098 mots) Publié le: 28 novembre 2012
Objet d’étude: La question de l’homme dans les genres de l’argumentation du XVIème siècle à nos jours.
Corpus :
Texte A : Madame du Châtelet, Discours sur le bonheur, 1779.
Texte B : Voltaire, « Femmes, soyez soumises à vos maris… », Mélanges, Pamphlets et œuvres polémiques, 1768.
Texte C : Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses, 1782.
Texte D : Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe,1949.

Texte A : Madame du Châtelet, Discours sur le bonheur, 1779.
Madame du Châtelet a eu la chance, exceptionnelle en son temps, grâce à l’amour de son père, de bénéficier d’une éducation très solide, incluant les langues anciennes et les sciences. Elle évoque ici le difficile accès à l’éducation pour la majorité des femmes de son époque.
La sagesse doit avoir toujours les jetons à lamain : car qui dit sage dit heureux, du moins dans mon dictionnaire ; il faut avoir des passions pour être heureux ; mais il faut les faire servir à notre bonheur, et il y en a auxquelles il faut défendre toute entrée dans notre âme. Je ne parle pas ici des passions qui sont des vices, telles que la haine, [la vengeance, la colère, mais l’ambition] par exemple, est une passion dont je crois qu’ilfaut défendre son âme, si on veut être heureux. Ce n’est pas par la raison qu’elle n’a pas de jouissance, car je crois que cette passion peut en fournir ; ce n’est pas parce que l’ambition désire toujours, car c’est assurément un grand bien, mais c’est parce que de toutes les passions c’est celle qui met le plus notre bonheur dans la dépendance des autres ; [or, moins notre bonheur dépend desautres, et plus il nous est aisé d’être heureux. Ne craignons pas de faire trop de retranchement sur cela, il en dépendra toujours assez. Par cette raison d’indépendance, l’amour de l’étude est de toutes les passions celle qui contribue le plus à notre bonheur. Dans l’amour de l’étude se trouve renfermée une passion dont une âme élevée n’est jamais entièrement exempte, celle de la gloire ; il n’y amême que cette manière d’en acquérir pour la moitié du monde, et c’est cette moitié justement à qui l’éducation en ôte les moyens, et en rend le goût impossible.
Il est certain que l’amour de l’étude est bien moins nécessaire au bonheur des hommes qu’à celui des femmes. Les hommes ont une infinité de ressources pour être heureux, qui manquent entièrement aux femmes. Ils ont bien d’autres moyensd’arriver à la gloire, et il est sûr que l’ambition de rendre ses talents utiles à son pays et de servir ses concitoyens, soit par son habileté dans l’art de la guerre, ou par ses talents pour le gouvernement, ou les négociations, est fort du dessus de [celle] qu’on peut se proposer pour l’étude ; mais les femmes sont exclues, par leur état, de toute espèce de gloire, et quand, par hasard, il s’entrouve quelqu’une qui est née avec une âme assez élevée, il ne lui reste que l’étude pour la consoler de toutes les exclusions et de toutes les dépendances auxquelles elle se trouve condamnée par état. […]
J’ai dit que l’amour de l’étude était la première passion la plus nécessaire à notre bonheur ; c’est une ressource sûre contre les malheurs, c’est une source de plaisirs inépuisable, et Cicérona bien raison de dire : Les plaisirs des sens et ceux du cœur sont, sans doute, au dessus de ceux de l’étude ; il n’est pas nécessaire d’étudier pour être heureux ; mais il l’est peut-être de se sentir en soi cette ressource et cet appui.






Texte B : Voltaire, « Femmes, soyez soumises à vos maris… », Mélanges, Pamphlets et œuvres polémiques, 1768.
Compagnon de Mme du Chatelet pendantdix ans, il sait combien cette femme exceptionnelle par sa culture et ses compétences scientifiques constitue une exception. Voltaire rapporte ici un entretien avec l’abbé du Châteauneuf, homme d’esprit et diplomate français.
Elle (la Maréchale de Grancey) passa quarante années dans cette dissipation, et dans ce cercle d’amusements qui occupent sérieusement les femmes; n’ayant jamais rien...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire
  • Commentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !