Confusion

8226 mots 33 pages
C&C [1] : Ce que je voudrais aborder avec vous c’est fondamentalement le thème suivant : ce que l’impératif de sécurité appliqué au traitement de l’information soulève comme enjeux eu égard à l’exercice du pouvoir (et aux contre-pouvoirs que l’on se donne) dans des sociétés habituellement définies comme démocratiques. On pourrait examiner un certain nombre de dichotomies et, en premier lieu, celle que vous signalez comme particulièrement problématique entre « société de l’information » et« société de contrôle ». Quels liens entre les deux ? Quelles interactions ? Quels effets ?
Armand Mattelart : La « société de l’information » constitue une catégorie toute faite, entérinée sans inventaire préalable des citoyens. C’est au cours des années 1990 que le vocable « société de l’information » s’est donné d’évidence dans les médias destinés au grand public. L’irruption d’Internet comme réseau d’accès public l’a propulsé. Mais cette ascension fulgurante ne doit pas faire oublier la longue période de sa gestation depuis la fin du second conflit mondial, ni les agents et les processus à l’oeuvre dans sa formation.
En prolégomène de cette généalogie tortueuse, il y a une promesse, une utopie : « Eviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». La circulation sans entraves de l’information devait être garante d’une nouvelle société, transparente et décentralisée. C’est l’espoir que l’Américain Norbert Wiener, l’inventeur de la cybernétique, dépose dans la nouvelle matière première, l’information, liée aux machines intelligentes, annonciatrice d’une nouvelle « révolution industrielle ». Il n’est toutefois pas dupe. Contre l’avènement d’une telle société conspirent les logiques de l’exclusion sociale, la concentration des moyens de communication, le poids du « cinquième pouvoir » - le marché - et l’appropriation militaire de la science. Tous des facteurs qui favorisent l’entropie. La Guerre froide ne tardera pas à frustrer la vision

en relation

  • Confusion
    470 mots | 2 pages
  • La confusion de l'être dans la confusion des sentiments
    2176 mots | 9 pages
  • La confusion de langues
    8382 mots | 34 pages
  • La confusion des pouvoirs
    938 mots | 4 pages
  • Nosographie : la confusion mentale
    1843 mots | 8 pages
  • La confusion entre le droit et la morale
    503 mots | 3 pages
  • La confusion entre punition et soins
    2667 mots | 11 pages
  • Confusion des critères de service public
    2571 mots | 11 pages
  • Tristan et iseut themes amour et confusion
    268 mots | 2 pages
  • Droit constitutionnel les régimes de confusion des pouvoirs
    1160 mots | 5 pages