Corpus La Fontaine, Rousseau, Hugo, Zola

647 mots 3 pages
Introduction
Une des questions fondamentales que se pose l’homme est son droit à la liberté. Les écrivains s’en font l’écho en recourant aux genres les plus variés : la fable (« Le Loup et le Chien ») pour La Fontaine ; l’essai (Émile ou de l’Éducation) pour Rousseau ; la poésie (« Ultima verba », Les Châtiments) pour Hugo ; le roman social (Germinal) pour Zola. Les quatre textes font comprendre, explicitement ou implicitement, ce qui permet à l’homme d’être libre.
L’acceptation du sacrifice et le mépris des richesses
Pour La Fontaine, Rousseau et Hugo, la liberté ne s’acquiert qu’au « prix » de sacrifices. Le Loup renonce au confort (« os de poulets, os de pigeons »), et le mépris des richesses lui fait dire : « de tous vos repas/Je ne veux en aucune sorte,/Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor ». Rousseau revendique sa « pauvreté » à laquelle il oppose une « richesse » qui empêche de « connaître le prix de la vie » ; il lui suffit de ne « pas manque[r] du nécessaire ». Hugo se résigne à un autre type de renoncement : avec des accents élégiaques, il se soumet à « l’âpre exil » loin de sa « terre douce et triste » ; pour être libre il faut savoir faire le sacrifice de ce que l’on aime.
La revendication de certaines valeurs essentielles
La liberté n’est pas seulement renoncement ; elle est aussi le fruit de certains traits de caractère et du désir de rester fidèle à des valeurs personnelles. Ainsi le Loup veut sauvegarder à tout prix sa fantaisie : il tient à courir où il veut (« Vous ne courez donc pas/Où vous voulez ? »). Pour Rousseau, le plaisir et le bonheur sont les valeurs primordiales, comme en témoignent les nombreux mots du champ lexical du bon vouloir (« autant que je veux », « le choix », « on en veut ») et du plaisir (« plaisent », « plaisir » quatre fois, « on jouit »…). Quant à Hugo, c’est « la fidélité pour les choses tombées » (à « la République ») qui lui donne la force de ne pas se soumettre.
La réflexion et le courage
Obtenir la

en relation

  • Analyse
    18034 mots | 73 pages
  • En quoi le récit littéraire avec les moyens qui lui sont propres est il efficace pour argumenter
    25962 mots | 104 pages
  • DelaFontaine
    529 mots | 3 pages
  • Dissertation sur la condition de l homme
    1858 mots | 8 pages
  • Les différents sujet de bac
    25172 mots | 101 pages
  • Ob_2d53b6_sujets Annabac Et Autres
    25163 mots | 101 pages
  • Corpus
    2655 mots | 11 pages
  • Fiche de lecture
    2922 mots | 12 pages
  • dissertation français
    2827 mots | 12 pages
  • une femme de mauvaise moeurse
    2110 mots | 9 pages