Critique de film chat du rabbin

Pages: 5 (1173 mots) Publié le: 8 janvier 2013
Une langue de chat savoureuse

Avec l'humour et l'œil décapant de Joann Sfar, c'est façon transcendante du temps linéaire et progressif de la vérité religieuse qui est mis à mal, c'est toute une théorie de l'histoire des religions qui vole en éclat.

Le film s’est ainsi recentré sur la question du vivre ensemble. Le chat fait tout à la fois au péremptoire religieux (Juifs, Musulmans,Chrétiens.) et au racisme de la société coloniale.
Joann Sfar parvient à éviter l’angélisme, montrant la violence (les scènes de pogroms, mises en scène à la façon d’un Tex Avery) et l’absurdité babélienne d’un monde où il ne suffit pas de parler la même langue dans le manichéisme : la bêtise est la chose la mieux partagée par chacun des personnages, quelle que soit sa communauté ou sa religion, ycompris le rabbin lui-même. La figure du prince du désert, image de l’instrumentalisation politique du religieux, y est contrebalancée par le personnage du Cheik Sfar, incarnation de l’Islam éclairé.
Surtout, il tempère cette ironie voltairienne par une tendresse constante pour ses personnages. Il n’est pas étonnant que la figure la plus innocente et positive soit celle du peintre : lui dessine «d’après nature », sans méthode ni préjugés, et chaque trait est un acte d’amour, comme le répète souvent Joann Sfar pour lui-même.

Le chat du rabbin est heureux, constamment cajolé par la fille du rabbin, Zlabya. Puis, en mangeant le perroquet il va acquérir la parole, mais également le mensonge. Faisant découvrir au lecteur bien des choses sur l’usage de la parole, il finira par conclure que "Çavaut le coup de fermer sa gueule pour être heureux".
En tant que chat juif, et maintenant qu’il sait parler, il exprime son désir d’apprendre les textes saints et de passer sa bar-mitsva. Loin d’une leçon sur la Torah, le chat du rabbin va prendre un malin plaisir à titiller la culture juive de façon aiguisée et espiègle. Cette réflexion sur la religion et la société juive de la part d’un chats’interrogeant lui-même sur son quotidien et les effets de l’usage de la parole sur celui-ci est d’une intelligence astucieuse. 

Un chat qui parle ? Pas comme dans les dessins animés de Walt Disney. C’est un chat qui a appris à lire et à réfléchir sur les genoux de son maître Rabbin d’Alger avant d’acquérir la parole comme un chat philosophe.
C’est grâce aux réflexions de ce personnage importantronronnant que Sfar sort ses griffes contre la bêtise humaine. «  La complicité entre Rabbin et l’imam est l’un des éléments clés du films. Les deux personnages sont d’ailleurs baptisés «  Sfar », car l’auteur aime s’amuser du fait que son nom soit à la fois Juif et Arabe ». Joann Sfar, l’auteur, s’attaque aussi à une institution. Hergé en prend pour son matricule le temps d’une parodiedélicieusement féroce de Tintin. Du fond, les réalisateurs ne se sont pas montrer soucieux sur la forme.
On reste éblouie devant la splendeur visuelle de daguerreotype vivants où évolue ce chat sage qui sort ses griffes contre l’intolérance avec un humour ravageur. 
Raconter les aventures d’un chat amoureux de sa maîtresse Zlabya dans l’Algérie des années 20, doté de la parole et prêt à faire sa Barmitsva,tout en critiquant l’enseignement de son maître Rabbin. Vaste programme conçu dans l’humour et la dédramatisation de la religion.
Le dessin aux couleurs chaleureuses plonge le lecteur dans les décors d’Alger au XXe siècle.

Le Chat du Rabbin est un récit intelligent et subtil, débordant d’humour, de dérision et d’humanité.

Une langue de chat savoureuse

Avec l'humour et l'œil décapant deJoann Sfar, c'est façon transcendante du temps linéaire et progressif de la vérité religieuse qui est mis à mal, c'est toute une théorie de l'histoire des religions qui vole en éclat.

Le film s’est ainsi recentré sur la question du vivre ensemble. Le chat fait tout à la fois au péremptoire religieux (Juifs, Musulmans, Chrétiens.) et au racisme de la société coloniale.
Joann Sfar...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le chat du rabbin
  • Le chat du rabbin
  • Critique de film
  • Critique de film
  • Critique du film
  • Critique de film
  • Critique de film
  • critique de film

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !