Degré zéro de l'écriture

Pages: 5 (1228 mots) Publié le: 21 avril 2014
"La langue, le style et l’écriture", Roland Barthes dans "le degré zéro de l’écriture" expliqué par Alain Robbe-Grillet. La langue n’a pas été choisie, le plus souvent maternelle. Le style c’est l’homme. Il caractérise une personnalité, une histoire, une vie. L’écriture est l’écart entre la langue et le style où l’on écrit avec sa langue et contre sa langue, avec son style et contre son style.La littérature est constituée de ces écarts. Je rajouterais sans avoir lu Barthes, la littérature est faite de ces conflits, de ces doutes, de cette souffrance où un homme se retrouve face aux douleurs morales et aux doutes de l’enfantement. Peut-être que les femmes sont handicapées car elles ont déjà connu ces épreuves, et les connaissent toute leur vie car la naissance est la première desséparations, des doutes.

J’adhère bien à cette vision de la littérature.

C’est une des traces de la production intellectuelle humaine où sont confrontés sans cesse les acquis, les invariants, et le regard en constant changement des générations qui passent et se succèdent. Dans cette confrontation apparaît aussi celle de l’individu avec la langue qu’il utilise pour écrire, qu’il utilise mais qu’ilsert aussi car la langue n’est pas un simple outil et l’auteur peut vouloir la rendre belle comme un amant envers son aimée. Un amant comme tous les amants qui souffrent et qui se remet en question s’il veut réussir sa relation avec elle, s’il veut enfanter un écrit qui sera à la fois de lui et de cette langue qui évolue au rythme de l’évolution de la société qui est aussi influencée par lalittérature et cette société qui constitue un terrain de mise à l’épreuve des idées, terreau où naîtra les auteurs de demain.

Je dédie cette note à Hadrien, mon futur Sartre, qui dort dans son lit bébé d’Hôpital. Pauvre petit bout si souriant.

=> "… manière et style, au sens où les distinguait Hegel : la première comme obsession répétitive de l’auteur qui refait toujours et sans cesse soi-même, lesecond comme capacité à se dépasser sans cesse soi-même", Hegel via l’intertextualité d’Umberto Eco dans son "De la littérature" comme auparavant Barthes via l’émission radiophonique de "Préface à une vie d’écrivain" d’Alain Robbe-Grillet.

Langue, (manière, style) et écriture si je reviens à Barthes. Manière et style ne peuvent pas se distinguer comme on peut distinguer langue et écriture (lesdauphins disposent de la langue mais n’ont pas créé quelque chose d’équivalent à l’écriture et ce n’est pas à cause de l’eau !).

La manière tient plus de l’inconscient et de notre bataille avec la langue qui est un acquis sociétal parfois difficile à appréhender. Le style tient de la volonté d’écrire et donc à aller au-delà de la langue tout en lui rendant ses lettres de noblesse.

=> Il y aune double angoisse vis-à-vis de la mort en tant qu’homme de pensées : la perte de l’acquis si chèrement gagné et l’impossibilité de continuer, d’aller plus loin, de paraître limité pour les générations à venir (Nietzsche a critiqué Socrate mais Socrate n’aura jamais le droit de réponse).

Ce qui me sauve c’est que, pour l’instant, personne ne se souviendra de moi. Cela me sauve mais me mineaussi.

Et l’Immortalité ? Simone de Beauvoir dans "Tous les hommes sont mortels" a montré que l’immortalité sur la terre n’est pas une solution car elle amène à un décalage (cf. aussi "La guerre éternelle" de Joe Haldemann) et aux limites humaines comme un ordinateur que l’on doit réinitialiser.

Quelques réponses SF ont été apportées ("EON" de Greg Bear avec une sorte de méditation sous forme depurge et Smirn, quand je l’aurais édité ou pas).

=> "Ironie intertextuelle et niveaux de lecture… double coding". Umberto Eco nous dévoile ses secrets d’écriture à travers "De la Littérature" et les best-sellers de qualité dont ses œuvres font partie de ce cercle d’élite (ironie pure), "A nous deux, Paris !" (ironie intertextuelle renvoi à Balzac).

"À la différence de cas plus généraux...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Degré zéro de l'écriture
  • Degré zero l'ecriture de roman
  • Degré zéro de l'écriture
  • Le degré zéro de l'écriture
  • Degré zéro
  • Barthes le degré zero
  • Zero
  • Le zéro

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !