devoir économie

259 mots 2 pages
1)L'information entourée en rouge représente un des revenu mensuel médian le plus haut de France
2)Ce que l’on constate,c’est que ,les villes le plus riches se retrouvent groupées ,c’est a dire qu’elles se situent pratiquement toutes dans un seul departement . Les 10 villes les plus riches mis évidence dans le document se trouvent toutes en Ile de France.
Tandis que beaucoup des villes les plus pauvres se trouvent en Province ,sur les 10 villes prises pour le document ,6 d’entre elles se trouvent en Province . Mais il y a également des villes pauvres dans le Nord de Paris .
3)

4) Il est difficile de dire si il y a oui ou non une ségrégation urbaine en France ,mais certains sociologues pensent que qu’il y a une certaine forme de « ghetoïsation » de certains quartiers de villes de Province . Mais selon Nina Guyon il n’y a pas eu de niveau d’augmentation de la segregation depuis les années 2000. Cette question ne comporte pas reponse precise.
5) Des atouts que des quartier populaires peuvent avoir ,par exemple ,
6)Selon l’auteur ,ce qui agite la société francaise ,c’est la différenciation que tente de faire les élites par rapport aux autres groupes qui sont moins riches qu’eux . le problème ,c’est que ce phénomène ne concerne pas que les élites ,mais également les nombreuses autres classes. Le problème de ces classes qui « s’enfermznt dans leur classe »,cela vérouille l’avenir des générations futures .
7) Les conséquences de ces fractures territoriales verouillent l’avenir professionnel des individus des differentes classes qui constituent la société francaise.

en relation

  • devoir economie
    1173 mots | 5 pages
  • Économie devoir
    731 mots | 3 pages
  • Devoir economie
    976 mots | 4 pages
  • DEVOIR D ECONOMIE
    1528 mots | 7 pages
  • devoir economie
    680 mots | 3 pages
  • Devoir économie
    1027 mots | 5 pages
  • Devoir economie
    1469 mots | 6 pages
  • Devoir economie
    454 mots | 2 pages
  • devoir economie
    1013 mots | 5 pages
  • Devoir économie
    426 mots | 2 pages