Dm hughes

373 mots 2 pages
Question 1 :

Dans le chapitre intitulé «L'étude du travail et des métiers» Hughes démontre qu'un sociologue trouvera un intérêt majeur à étudier des métiers dits «modestes» que des métiers qualifiés de «prestigieux». En effet, selon ce sociologue de l'Ecole de Chicago, les métiers de prestiges sont liés à de nombreux symboles, des prétentions, qui font que les acteurs de ces métiers, qui ont intégrés leur rôle, mentent, «maintiennent la façade», embellissent leur travail dans le but de ne pas atténuer la considération qu'on les individus de leur métier. Ainsi, ils auront tendance à décrire leur vision du travail de manière très élogieuse, alors qu'en réalité, ils mettront sous secret le «sale boulot»présent dans leur métier.
A l'inverse, les individus ayant un métier plus modeste, répondront avec plus de franchise, ce qui ne va pas erroner l'analyse sociologique. Il est donc plus simple, plus aisé, d'étudier les métiers modestes,«tout comme les objets sociaux de moindres prestige» dans la mesure où ils ne protègent pas leurs secrets de travail et ne font pas de «faux semblants».

Question 2 :

Hughes définit ce qu'il appelle le «sale boulot», comme étant toutes les activités les moins honorables d'un métier. Ce «sale boulot» peut-être considéré comme étant humiliant, pénible, ou encore dégradant dans la mesure où il peut-être «physiquement dégoutant». Prenons l'exemple du métier de puéricultrice : Leur «sale boulot» est de changer les enfants, de les nettoyer. Et pourtant cela fait fait parti de leur quotidien. Il en est de même, si l'on reprend l'exemple de Hughes pour tous les métiers, même les plus prestigieux: par exemple, les médecins, chirurgiens, doivent en permanence toucher des corps, du sang, ce qui peut être perçu comme «physiquement dégoûtant».
Cette notion de «sale boulot» est utile à la sociologie des professions, dans la mesure où les métiers sont en quelque sorte à la périphérie des professions, et lorsque les

en relation

  • Alex turner
    1297 mots | 6 pages
  • Syndrome de guillain-barré
    3904 mots | 16 pages
  • Capital risque
    9046 mots | 37 pages
  • 3428708402
    75612 mots | 303 pages
  • Logiciel de dimensionnement des fondations sur sols renforcés par colonnes
    21592 mots | 87 pages
  • Analyse des detecteurs infrarouge
    28340 mots | 114 pages
  • Burkholderia cepacia, mécanismes de résistance
    12684 mots | 51 pages
  • Ntibiothérapie dans les otites moyennes
    10276 mots | 42 pages
  • The uk and europe
    7524 mots | 31 pages
  • Parution du 17 juin 2015
    70007 mots | 281 pages