Doute et lumière

Pages: 5 (1247 mots) Publié le: 8 septembre 2012
A LA GLOIRE DU GRAND ARCHITECTE DE L’UNIVERS

Le doute et la Liberté

Mon très cher frère, Philippe,

La fraternité n'existe pas et Dieu est mort.
Ainsi parle l'ami a qui tu n'as pas tendu la main.
Dans le désert comme dans la solitude,
le désespéré crache et vomit des certitudes.

C'est la complainte des solitaires et c'est le chant du doute.
Il créa le verbe, tu forceras la voixet nous chanterons nos tristesses.

Dans la haine comme dans la folie,
le damné cultive des roses noires.
Tu es responsable et tu es coupable,
de n'avoir pas tes cinq sens en éveil,
quand, dans la nuit, il cherche son salut.

C'est la complainte des solitaires et c'est le chant du doute.
Il créa le verbe, tu forceras la voix et nous chanterons nos tristesses.

Il, n'est pas à notreimage, propre et cultivé,
volontaire, rassembleur, courageux et droit.
Il, celui que l'on ne nomme pas, le frère oublié,
c'est ton doute, c'est ton ombre, et, c'est ta croix.

C'est la complainte des solitaires et c'est le chant du doute.
Il créa le verbe, tu forceras la voix et nous chanterons nos tristesses.

Il, c'est l'homme dont tu as évité le regard,
C'est la femme que tu as jugéd'un regard,
C'est l'inculte que tu n'écoutes pas, pire,
Que tu n'entends pas frapper et te supplier d'ouvrir.

C'est la complainte des solitaires et c'est le chant du doute.
Il créa le verbe, tu forceras la voix et nous chanterons nos tristesses.

Pourtant, tu portes beau les couleurs maçonniques.
Pourtant, les paroles de Jean résonnent dans ton temple.
Pourtant, tu méprises des métauxque tu ne partages guère.
Pourtant, tu protèges la veuve et l'orphelin des fracas de ce monde.
Tu spécules, mon frère, mais tu n'opères en rien.

C'est la complainte des solitaires et c'est le chant du doute.
Il créa le verbe, tu forceras la voix et nous chanterons nos tristesses.




Sombre maçon, morne frère, réjouis toi, c'est le chant d'une quête,
La quête de l'amour propre, larecherche du beau et du vrai.
Je te tends le miroir, et, tu devras en aimer le reflet.
Oui, Narcisse, ta beauté retrouvée est une lumière à partager.

c'est une poésie fraternelle et c'est un chant de guerre,
Il trouva la force, celle des chevaliers de la lumière.

Comprends enfin que tu as ouvert une porte sacrée.
Comprends enfin que tu es mort dans un cabinet de réflexion.
Comprendsenfin que tu fus baptisé par des ouvriers bâtisseurs,
Comprends enfin que tu es désormais une multitude.

c'est une poésie fraternelle et c'est un chant de guerre,
Il trouva la force, celle des chevaliers de la lumière.

Tu sais parfaitement où te mène le chemin, j'en doute.
Tu pratiques la vertu les armes à la main, j'en doute.
Tu te supportes ainsi de midi à minuit, j'en doute.
Mais, tumarches dans la boue en regardant la céleste voûte.

c'est une poésie fraternelle et c'est un chant de guerre,
Il trouva la force, celle des chevaliers de la lumière.

Le langage universel est tapi au tréfonds de toi.
La lumière originelle couve et te réchauffe l'âme.
Le La a été perdu, et, le musicien le réclame.
Rassemble tes doutes et confronte ta foi.

c'est une poésie fraternelleet c'est un chant de guerre,
Il trouva la force, celle des chevaliers de la lumière.

Le rêve est aussi inutile que l’utopie est immature.
Comme le vent de la liberté fait chanter les matures,
Comme les élans de la foi font moquer les impurs,
Tu devras affronter tes démons avec l'âme pure.

c'est une poésie fraternelle et c'est un chant de guerre,
Il trouva la force, celle des chevaliersde la lumière.








Hélas, trois fois hélas, la forme prit le pas sur le fond,
L'astre éclairera l'orient de ses rayons d'or et d'azur.
Ils échangeront le tablier de Job pour celui de Salomon.
Tu pratiqueras assidûment le rituel pour t'en faire une armure.

C'est une planche d'apprenti, une larme de compagnon,
c’est un combat de maître.

Spéléologue audacieux et alpiniste...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La lumière, le doute et la liberté dans une personne
  • Le doute
  • Le doute
  • Doute
  • Le doute
  • Le doute
  • Le doute
  • Le doute

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !