Droit

1087 mots 5 pages
Comment peut-on protéger l’enfant en France ?

Le placement d’un mineur est une mesure de protection qui retire temporairement ou durablement un mineur de son milieu habituel de vie (le plus souvent du foyer parental), lorsque celui-ci n’est pas en mesure de garantir sa sécurité, aussi bien physique que mental. En France, la protection de l’enfance peut être assurée suivant deux procédures : la protection judiciaire, par le biais d’un juge spécialisé (le juge des enfants) et la protection administrative, placé sous la responsabilité du Président du Conseil Général, assuré via l’Aide Sociale à l'Enfance. Elles permettent à l’ASE de prendre le relais de ces familles en difficulté temporairement ou si besoin durablement. Aujourd’hui, près de 136 000 enfants sont actuellement placés dans des foyers ou des familles d’accueils.
On peut se demander qu’elles sont les différentes formes de placement d’enfant en France ?
Nous verrons que le placement peut se présenter de différentes manières : après un accouchement dans l’anonymat. Par le placement volontaire d’un enfant par ses parents. Grâce aussi, à un placement sur décision judiciaire. Pour finir, par le placement d'un enfant à l'aide sociale à l'enfance.

Accouchement sous anonymat :

Un accouchement sous X est une fiction juridique en droit français par laquelle un accouchement est censé n'avoir jamais eu lieu, permettant à la femme qui a accouché de ne pas établir de lien de filiation avec l'enfant, d'abandonner le nouveau-né juste après l'accouchement, et que ce dernier, en principe, ne puisse jamais savoir qui l'a mis au monde. Le droit français prévoit toutefois, sous de strictes conditions, la possibilité de lever le secret. Les motivations pour l'accouchement sous X sont diverses : impossibilité matérielle, psychologique ou sociale de s'occuper de l'enfant, absence de désir d'élever l'enfant, enfant né hors mariage ou issu d'un viol, absence du père de l'enfant. Lors de l’accouchement dans un

en relation

  • Le droit au droit
    1577 mots | 7 pages
  • Le droit est-il un droit?
    950 mots | 4 pages
  • Le droit et le droit
    342 mots | 2 pages
  • Le droit
    2588 mots | 11 pages
  • Droit
    1464 mots | 6 pages
  • Droit
    5390 mots | 22 pages
  • Droit
    417 mots | 2 pages
  • Droit
    2593 mots | 11 pages
  • Droit
    1472 mots | 6 pages
  • Droit
    753 mots | 4 pages