Economie general

Pages: 8 (1952 mots) Publié le: 16 mars 2013
EXPOSANTES:
* ABSA DIA
* FATOUMATA B KEBE
* AIDA FALL
* AIDA TINE
* NDEYE FATOU D SIDIBE
Intégration Politique et Economique de L’Afrique.

L’intégration régionale en Afrique a toujours été le principal objectif des États africains depuis la création de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA).  Les États membres ont fait un certain nombre de déclarations dansle but de faire avancer le processus d’intégration. De même, le Traité d’Abuja, le Plan d’Action de Lagos, et le Forum du Secteur Privé en Afrique, pour ne parler que de ceux-là, mettent l’accent sur la nécessité de promouvoir l’intégration régionale en Afrique.
Le Traité d’Abuja qui a été signé le 3 juin 1991 et est entré en vigueur le 12 mai 1994, stipule que les États africains doivents’efforcer de renforcer les Communautés Économiques Régionales (CER), en assurant en particulier la coordination, l’harmonisation et l’intégration progressive de leurs activités en vue de la réalisation de la Communauté Économique Africaine (AEC), qui devait être graduellement mise en place au cours d’une période de transition de trente quatre (34) ans subdivisée en 6 étapes de durées variées. Bref,les principaux objectifs étaient notamment la promotion du développement économique, social et culturel et l’intégration des économies africaines dans le but de favoriser l’autosuffisance économique et promouvoir un développement endogène auto entretenu, et de coordonner et harmoniser les politiques au sein des communautés économiques existantes et futures, pour faire avancer la mise en placegraduelle de la Communauté.
Le 9 septembre 1999, les Chefs d’État et de Gouvernement de l’OUA d’alors ont rendu publique une Déclaration (la Déclaration de Syrte) appelant à la création de l’Union Africaine, dans le but notamment d’accélérer le processus d’intégration sur le continent, afin de permettre à l’Afrique de jouer le rôle qui lui revient dans l’économie mondiale, tout en faisant face auxproblèmes sociaux, économiques et politiques multiformes, aggravés comme ils l’étaient, par certains aspects négatifs de la mondialisation.
A. ) L’INTÉGRATION ECONOMIQUE DE L AFRIQUE :
a) INTÉGRATION ET SES MODALITÉS ET AVANTAGES : ANALYSE THÉORIQUE ET SYNTHÉTIQUES
L’intégration économique est définie comme étant l’élimination des frontières économiques entre deux ou plusieurséconomies (Jacques Pelkmans). Une frontière économique représente une démarcation –souvent les frontières géographiques d’un État,- qui limite la circulation des biens, de la main d’œuvre et des capitaux. L’intégration économique implique le retrait des obstacles aux activités économiques transfrontalières qui concernent le commerce, le mouvement de la main d’œuvre, des services et la circulation descapitaux.
Les économistes identifient différentes étapes du processus d’intégration économique. D’après Balassa, l’intégration économique consiste en cinq étapes:

1) Etape
Ces phases sont celles :
* De la zone de libre échange.* L’ union douaniére.
* Du marché commun.
* De l’ union économique.* L’ integration économique total.
Bela balassa a identifié cinp formes de base qu’ une integration économique doit prendre. La première et la moins compliquée consiste en la création d’une zone de libre échange dans...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Economie general
  • economie générale
  • Economie generale
  • Economie général
  • Economie generale
  • Economie générale
  • economie general
  • Economie générale

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !