education

Pages: 18 (4488 mots) Publié le: 12 janvier 2014
Education. Pourquoi l’école marocaine est nulle
20 Sept 2012
Par : Jules Crétois
Actualités
2 commentaires(s)

(Aicpress)
Le roi l’a reconnu himself : l’enseignement est en faillite. Programmes, méthodes pédagogiques, infrastructures… rien ne va dans le système scolaire marocain. Etat des lieux.
Difficile de comprendre “ce qui cloche” en matière d’éducation nationale. Du côté des moyensmatériels, le secteur engloutit beaucoup d’argent : environ 6% du PIB et plus de 27% du budget de l’Etat. Mais malgré ces larges concessions, le Maroc reste bien en dessous des pays voisins : les Tunisiens déboursent 76 500 dirhams par élève et par an, alors que chez nous, l’État ne mise pas plus de 46 750 dirhams. Et bien que de nettes progressions aient été enregistrées ces dernières années,notamment dans la lutte contre l’analphabétisme et pour la scolarisation des filles, les rapports internationaux —tels que ceux de la Banque Mondiale ou de l’Unesco— restent systématiquement alarmistes. Chaque année, près de 300 000 enfants quittent l’école avant l’heure, sans avoir eu le temps d’assimiler les acquis fondamentaux. D’ailleurs, certains citoyens ignorent même que l’école estobligatoire jusqu’à l’âge de 15 ans (depuis 2002). Devant ce désastre, de plus en plus, les critiques à l’encontre du système éducatif ne concernent plus les moyens seulement, mais plutôt les approches, les réflexions et la pédagogie.
 
Bonnet d’âne
“Qualité” : ce mot est revenu plusieurs fois dans le discours de Mohammed VI le 20 août dernier. Il semble qu’au-delà de la chiffraille, c’est le contenumême de l’enseignement qui pose problème. “De nombreux enseignants des grandes écoles étrangères comme Sciences Po ou HEC nous rapportent que les élèves marocains issus de l’enseignement public manquent parfois de sens critique et d’ouverture d’esprit, bien qu’ils aient par ailleurs d’excellents résultats et de grosses capacités d’apprentissage”, confie une source au ministère de l’Educationnationale. Qui ajoute : “La plupart de ceux qui se présentent aux concours pour devenir enseignants sont issus d’universités où ils ont étudié le droit islamique, une matière rigide, sévère, dont la caractéristique principale n’est pas vraiment l’ouverture d’esprit. Ils reproduisent donc des logiques qui consistent à apprendre sans réfléchir, à absorber et mémoriser sans jamais mettre en relief, nicomparer ou remettre en question.” Résultat, selon Moulay Ismaïl Alaoui, ancien ministre de l’Education et figure du PPS, “on fabrique des têtes bien remplies à défaut de produire des têtes bien faites.” Ce qui souligne qu’il y a de grosses lacunes au niveau de la formation des enseignants. Cette institutrice de Rabat se montre d’ailleurs très claire à ce propos : “J’enseigne depuis 1987 et je n’aijamais eu accès à la formation permanente. Honnêtement, je sais très bien que je ne suis plus à la page en matière de pédagogie.” De son côté, un fonctionnaire du ministère de l’Education, qui tient à rester anonyme, concède : “Nous sommes sur tous les fronts, nous gérons trop de dossiers et nous n’avons pas le temps de prendre du recul. Il faudrait, par exemple, externaliser la gestion des cantines oudu transport pour pouvoir se pencher plus en avant sur les programmes et la pédagogie.” Et les manuels, eux aussi, sont sous le feu de la critique : “Les livres sont vieillots, tristes, parfois rétrogrades, et ne correspondent sûrement pas à des enfants nés au 21ème siècle. Même moi, ils m’effraient !”, assène notre institutrice rbatie.
 
Aïe ma langue
Autre problème auquel se heurte l’écolemarocaine, la langue d’apprentissage. Certains des étudiants et lycéens qui ont manifesté durant le mois d’août 2012 ont soulevé cette question. Ils se sont également plaints du décalage constant entre le français et l’arabe, l’un étant plus valorisé que l’autre, et des difficultés pour changer de langue d’apprentissage en fonction des niveaux et des voies choisies une fois arrivés aux études...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • education
  • Éducation
  • De L Education
  • Education
  • Education
  • Education
  • éducation
  • Education

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !