Etude physique de l'afrique

Pages: 23 (5503 mots) Publié le: 15 mars 2012
CHAPITRE I
CHEMINEMENT ET DIMENSION SPIRITUELLE DU CHEIKH
Cheikhna Cheikh Saadou Abihi(littéralement le Bonheur ou la fierté de son père), plus connu sous le nom de Cheikhna Cheikh Saadbou naquit en 1848 (Année de l’Abolition de l’esclavage) dans le HODH Mauritanien qui correspond au Sud- Est de la Mauritanie qui faisait partie à l’époque de l’ancien Soudan Français. Il est le fils du Saint etpôle de son époque, notre maître Cheikhna Cheikh Muhammad Fadel (1797-1869) (voir la note succincte sur cet illustre saint) et de la pieuse Mariama fille de Ahmed Abdi. Il est descendant en ligne directe et 37 èmepetit-fils du prophète Mouhamed par son père. Il perdit sa mère avant même le jour de son baptême. Son nom céleste est « al Moukhtar », le Choisi, un des noms du Prophète (Paix et Salutsur Lui).
L’éducation religieuse du Cheikh fut assurée par son père qui fut son maître spirituel. Mais il faut dire que très tôt le Cheikh reçut cette connaissance infuse à l’image de son grand-père, le prophète Mouhamed (PSL), comme il le dit dans l’un de ses nombreux poèmes.
Il connut très jeune (à l’âge de 11 ans) la consécration mystique qui fit de lui un saint accompli et qui précipita sonexode vers l’ouest Mauritanien accompagné de quelques uns de ses disciples (à l’âge de 18 ans). Son père fit ce conseil à ses frères : « Votre frère à tout amené avec lui et que celui qui veut assurer son accomplissement spirituel le rejoigne. ».
Le Cheikh parcourut ainsi une distance de plus de mille kilomètres pour, comme l’a prédit son père, être une miséricorde pour les populations blancheset noires et notamment les habitants des deux rives du fleuve Sénégal.
Il commença son œuvre de raffermissement et d’implantation de la Haquiqa Mouhamediya et de la Charia chez les tribus arabo-berbéres.
Il faut dire que le Cheikh s’installa dans une région (le Trarza) où il n’était pas originaire et où les gens ne le connaissaient pas et le considéraient comme un étranger. Mais, vite ils serendirent compte de sa détermination inébranlable, de sa foi immense, de sa vaste connaissance et de son charisme exceptionnel.
Il leur montra que l’Islam doit être vécu intérieurement, intériorisé par les pratiques cultuelles mais aussi par la pratique du Zikr (la mention de DIEU par la langue et le cœur). Il réussi à effacer cette perception erronée de la religion par les tribus berbères quiconsistait à négliger les pratiques, à se vanter d’être le plus savant où à rivaliser d’éloquence et de poésie.
Porteur d’une vérité manifeste et grâce à l’appui divin il parvint à vaincre toute opposition au triomphe de l’islam parmi les populations locales.
Dans son livre intitulé « Saints et société en Islam- La confrérie Ouest africaine Fâdiliyya », CNRS EDTIONS, Rahal BOUBRIK, docteur en Histoireet diplômé en sociologie (il est de nationalité marocaine) écrit en parlant de l’exode du Cheikh : « Sa’d Bûh fut autorisé à quitter le Hawd après avoir reçu la bénédiction de son père. Cette bénédiction lui fut acquise à la suite d’une vision qui attestait de sa sainteté. Selon Sa’d Buh, « mon père me dispensa de l’état de servilité du disciple et du serviteur (fakka annî riqqa at -talammudhi waal -khidma), et m’orna de son signe (liwâ ahu) le plus sublime aux yeux de la communauté et il me demanda de le placer comme symbole sur ma tête ».
C’est ce que raconte le PR Cheikhna Ould Cheikh Hassena, dans son livre « Guide du Mouride » en ces termes : « à l’âge de quatorze ans, il a emmené la couronne de confrérie dont le grand Cheikh (son père) disait : mets-la sur ta tête, devant tout lemonde, au bon ou mauvais gré de quiconque.Je t’ai donné un versant de générosité et de mal. Inflige-les à qui tu voudras et à ta convenance. »
Rahal BOUBRIK poursuit : « après cette cérémonie d’investiture, il resta quelque temps au service de son père : il fit des quêtes de ziyâra (offrande) et forma également des disciples, avant d’être autorisé (Sarraha) à partir, armé d’une solide formation...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Étude physique du continent africain
  • Etude de physique chimie sur les Pa
  • Rapport physique etude egaliseur
  • Etude d'un dipole rl (physique)
  • Etude du livre l'afrique du sud par raphael porteilla
  • Étude de la parenthé entre la civilsation égyptienne et le reste de l'afrique
  • Etude de la parenté entre l'egypte et le reste de l'afrique
  • Etude de la parentée entre la civilisation egyptienne et le reste de l'afrique exemple le sénégal

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !