Excipit ou épilogue etranger d'albert camus

Pages: 6 (1366 mots) Publié le: 5 mai 2010
Lecture analytique : L’Etranger Epilogue

Scène final : Un jeu de circonstance a amené Meursault à tuer un arabe et il est condamné à mort. Peu avant l’exécution, un aumônier lui rend visite pour lui faire accepter la repentance et Dieu. Mais cela met Meursault hors de lui, puis il a une révélation qui lui permet enfin de trouver le bonheur.

Problématique : Comment le roman s’achève-t-ildans l’apothéose de la paix retrouvée ?

I] Un monologue tragique.

A] Une construction rigoureuse.

Construction en deux parties, très nettement séparées. Du début du passage (« Alors, il a disparu » p180 jusqu’à «  lui parti » la fin), L’aumônier est présent dans la première partie et après il n’est plus là. Cela reflète une opposition entre l’homme confronté à autrui etl’homme seul a lui-même.
Dans la première partie, on remarque une utilisation de discourt indirect liber. Par exemple : «  Que m’importait la mort des autres ? » car le temps est à l’imparfait et la phrase est interrogative. Ce qui nous fait entendre la voix même de Meursault. Cela rend la révolte encore plus vivante, violente.

Il y a un effet de réel très net avec cette interruption «  Comprenait »p182 avec les points de suspensions qui mime l’étouffement qu’il ressent.
Dans la première partie nous avons un champ lexical de la révolte alors que dans la seconde c’est celui de la paix.

B] Une véritable catharsis (purification)

La présence de cette révolte est donc du tragique qui évoque évidemment le schéma cathartique : solitude du héro, mention de la mort et dudestin. Des expressions comme « crier à plein gosier », « déverser sur lui tout le fond de mon cœur », « j’étouffais en criant tout ceci », nous invite à comprendre une véritable purgation des passions.
La réaction du prêtre est de pleurer. Une fois qu’il a exorcisé tout ses sentiments, dans la seconde partie il accède au calme : « j’ai retrouvé le calme », « merveilleuse paix ». Le théâtre grec apour objectif de produire sur le publique la terreur et la pitié.

C] Vers la nécessaire acceptation de soi.

Nous avons une affirmation de soi très violente : pronom à la première personne «  Moi, je », «  j’avais eu raison, j’ai raison, j’ai toujours raison » . Face à sa culpabilité, il renvoi la faute sur les autres.

Dans la seconde partie, c’est l’acceptation de soi quicommence « et moi aussi je me sentais prêt a tout revivre comme si cette grande colère m’avait purgé le moral ». Libéré de ces mauvaises passions, il est enfin libre. « Jai senti que j’avais été heureux et je l’étais encore ».

II) L’absurde paradoxe de la condition humaine

A] Disparition de la linéarité du temps.

Tout au long du roman, Meursault avait un champ d’action qui semblaitse limiter au présent, au passé et à un futur très proche. Alors qu’ici la temporalité est particulièrement importante : «  J’avais vécu de telle façon, j’aurai pu vivre d’une autre », «  j’vais eu… » . L’utilisation du plus-que-parfait et de différent futur est ici novatrice. Pour la première fois il envisage sa vie dans un champ temporel plus large. On a l’impression qu’il vit dans un temps quisemble étirable à l’infinie.

B] La fin des certitudes.

« Il avait l’air si certain n’est-ce pas ?  Pourtant, aucune de ses certitudes ne valait un cheveu de femme ». Plus aucunes certitudes ne semble acceptable. « Il n’était plus sûr d’être en vie puisqu’il vivait comme un mort. » ici, il y a une évidente critique des dogmes religieux mais on ressent aussi une perte de la certitude quand àla vie et la mort.

Pour Meursault, il n’y a plus aucune échelle de valeur qui soit valable chez les hommes, tous sont équivalent «  le chien de Salamano valait autant que sa femme… » Tous les personnages du roman sont cités mais ils ont l’air totalement interchangeable, ils n’ont pas un rôle plus important qu’un autre à l’intérieur du récit.

C] La mort comme unique gage de valeur de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Epilogue l'etranger d'albert camus
  • Excipit, etranger, camus
  • Camus etranger excipit
  • Excipit etranger albert camus
  • Etranger d'albert camus
  • Etranger d'Albert Camus
  • Lecture analytique épilogue étranger camus
  • Epilogue L Etranger

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !