Germinal

282 mots 2 pages
Germinal est un ouvrage fondateur dans la mémoire collective. Le roman est situé sous le 2nd Empire entre 1866 et 1869. Or, presque toute la documentation rassemblée est postérieure à cette période. Doit-on accuser Zola d’anachronisme comme il lui est reproché dès 1885 ? En effet, on lui reproche d’avoir décrit la mine et la grève telles qu’il les avait vues à Anzin en 1884, et d’avoir pris des libertés avec l’histoire. Pourtant des études d’historiens comme celle d’Ida-Marie Frandon montrent que c’est un documentaire précis sur la mine et la condition des mineurs à cette époque.

En écrivant germinal, ZOLA veut aussi éviter le succès ambigu de son premier roman ouvrier. Avec l’Assommoir, il souligne qu’il avait voulu « une réalité absolument exacte. Ce qui avait été mal compris, surtout à gauche. La question qu’on peut se poser est donc la suivante : Zola a-t-il conservé cette attitude lorsqu’il écrivit son 2ème roman sur le monde du travail ? Quelle est la part du mythe et de la réalité sur la vie du monde ouvrier dans germinal ? En fait, on a une œuvre romanesque qui d'une part est une chronique des tensions d’un moment historique et qui fait une réflexion sur le possible devenir du peuple = ce qui traduit la perspective naturaliste de Zola. Mais c’est aussi une œuvre qui choisit le registre de l'épique, d'une représentation hyperbolique et symbolique des conflits qu'elle représente = ce qui traduit l’ambition idéologique de l’auteur. Donc on s’attachera ici à distinguer la part du mythe et la part de la réalité dans

en relation

  • Germinal
    512 mots | 3 pages
  • Germinal
    2146 mots | 9 pages
  • Germinal
    3374 mots | 14 pages
  • Germinal
    1433 mots | 6 pages
  • Germinal
    501 mots | 3 pages
  • Germinal
    764 mots | 4 pages
  • Germinal
    3230 mots | 13 pages
  • Germinal
    701 mots | 3 pages
  • Germinal
    305 mots | 2 pages
  • Germinal
    461 mots | 2 pages