Heterogeinite de l'économie mondial

2478 mots 10 pages
L'économie mondiale est globalement en croissance. Mais cette croissance cache de profondes inégalités de développement entre les pays.
I - Mesurer le développement
1) Indicateurs de richesse
- a - Le PIB
Rappel : le PIB, calculé à partir de la somme des valeurs ajoutées, permet de mesurer la création de richesse dans un pays.
On calcule aussi le PIB par habitant, qui permet d'évaluer le niveau de vie du pays.
- b - Le stocks de capitaux
Instrument de mesure proposé par la Banque Mondiale.
Les stocks de capitaux sont constitués de :
Actifs naturel = valeur de la terre, de l'eau, du bois, de l'or et autres matières premières.
Capitaux produits = valeur des machines, des usines, des routes et des chemins de fer.
Ressources humaines = valeur représentée par "la capacité productive des individus, appréhendée par les niveaux d'éducation et de nutrition". Ces valeurs varient selon les pays, mais la domination du "capital humain" est nettement marquée dans les pays "riches (64 %).
L'agrégation et la quantité des ce capitaux doivent permettre le développement durable d'une région.
2) Les indicateurs du PNUD (programme des Nations unies pour le développement)
- a - L'IDH (Indice de développement humain)
Il est déterminé à partir de : l'espérance de vie à la naissance le taux d'alphabétisation et le degré d'éducation le PIB par habitant : il indique le niveau de vie. Il est plus parlant que le PIB global pour évaluer la notion de développement.
- b - L'IPH (Indice de pauvreté humaine)
Il est déterminé à partir de : l'espérance de vie le niveau d'éducation les conditions de vie mesurées à partir de l'accès aux services de santé, à l'eau potable et à partir de la part des enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition.
Cet indice est complémentaire de l'IDH : il permet de repérer l'importance de la pauvreté humaine résiduelle et une inégale répartition des progrès accomplis.
II - Description de la situation mondiale
1) Une économie

en relation

  • Thèse
    61184 mots | 245 pages