Horace de Corneille: les personnages

Pages: 26 (6289 mots) Publié le: 25 octobre 2014
Héros trop magnanime :
le crime d’Horace et son châtiment
CHRISTOPHER J. GOSSIP
University of New England, Armidale

L’idée, le besoin même, de reconfigurer l’Horace de Corneille n’a pas tardé à
frapper l’esprit de ses premiers lecteurs. Pour l’abbé d’Aubignac, écrivant
dès le début des années 1640, il aurait fallu qu’à l’acte IV, scène 5 « cette
fille désespérée [Camille] voyant sonfrère l’épée à la main, se fût précipitée
dessus ; ainsi elle fût morte de la main d’Horace, et lui eût été digne de
compassion, comme un malheureux Innocent »1. De plus, il importait par la
suite que « Valère cherche une plus noble voie pour venger sa Maîtresse
[Camille] ; et nous souffririons plus volontiers qu’il étranglât Horace que de
lui faire un procès »2. Il s’agissait donc à la fois debienséances et de dramaturgie: d’une part, un suicide, complètement contraire aux récits historiques,
qui remplacerait un meurtre commis en coulisse et innocenterait ainsi le
héros éponyme ; d’autre part, et y faisant contrepoids en quelque sorte, un
étranglement destiné à contourner la série de plaidoyers assommants qui
défiguraient le dénouement de la pièce, en l’occurrence un autre « premiermouvement » ou coup de fureur qui rendrait une justice rapide en dehors du
système juridique. Selon Chapelain, Corneille avait déjà accepté en 1639
qu’il fallait changer son Ve acte : il « avait résisté toujours depuis, quoique
tout le monde lui criât que sa fin était brutale et froide et qu’il en devait

1

2

La Pratique du théâtre, éd. H. Baby, Paris : Champion, 2001, p. 114. Dès let. II des
Œuvres, achevé d’imprimer le 28 novembre 1656, donc avant la publication de La
Pratique (1er juin 1657), avant la rédaction aussi des Examens et Discours et la
grande révision de son théâtre entreprise par Corneille pour l’édition de 1660,
Horace met « la main à l’épée », dans un geste certes instinctif et mal intentionné
mais légèrement plus convenable. Sans doute pour la mêmeraison, le texte de
1660 remplacera les trois soldats romains, chacun portant une épée albaine, par le
seul Procule.
La Pratique du théâtre, p. 466.

PFSCL XXXVI, 71 (2009)

544

Christopher J. Gossip

passer par mon avis. Enfin de lui-même il vint me dire qu’il se rendait et
qu’il le changerait »3.
Dans l’Examen de 1660, ces critiques de l’auteur de La Pratique du théâtre
sontexpédiées, bien qu’un peu laborieusement, Corneille s’attachant plutôt,
au cours de son autocensure, à examiner la présence dans la pièce de deux
périls distincts, sans lien nécessaire l’un avec l’autre, qui nuisaient donc à
l’unité d’action. Cette préoccupation avec la structure défectueuse de la
tragédie ne cesse aujourd’hui de faire couler beaucoup d’encre. Elle explique la tentative de Marc Escolaqui, dans le dossier de son édition de la
tragédie, s’attèle à un travail de réfection qu’il a repris l’année suivante4.
En voulant fusionner ce qu’il considère comme les deux parties indépendantes de l’intrigue afin d’abolir une duplicité de périls, remplacer en même
temps l’action « momentanée » du meurtre de Camille et éviter l’ « inégalité
de rang en un même Acteur » qui fait que Sabine etCamille changent chacune d’importance au cours de la pièce, Escola cherche à inventer des incidents qui justifieraient les actions et les caractères des actes IV et V. Pour
cela il propose la création d’un épisode où, plutôt qu’une émeute populaire
(v. 781-827), c’est Camille, dominée par son amour pour Curiace, qui fera
différer le combat en alertant les Toscans, ennemi commun de Rome etd’Albe dont il est à peine question dans le texte de 1641. Valère deviendrait
un véritable « second amant à plein temps », aidant Camille dans son projet
toscan avant de trahir Curiace, son rival, en laissant reprendre le combat.
Intéressant et ingénieux travail de réécriture, mais est-il vraiment
nécessaire ? La nature décousue de la pièce a été beaucoup exagérée. Si
Corneille a fini par ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Camille, dans Horace de Corneille, un personnage tragique?
  • Analyse du personnage du vieil Horace dans HORACE de Corneille
  • Horace de Corneille
  • Horace- corneille
  • Horace, Corneille
  • Corneille
  • Horace
  • Horace de corneille

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !