Hume enquéte sur l'entendement

Pages: 52 (12783 mots) Publié le: 7 juillet 2012
Avertissement
La plupart des principes et des raisonnements contenus dans ce volume furent publiés en un ouvrage de trois volumes, intitulé Traité de la Nature Humaine, un ouvrage que l'auteur avait projeté avant de quitter le collège, et qu'il écrivit et publia peu après. Le livre ne rencontrant pas de succès, l'auteur prit conscience de l'erreur qui avait été la sienne d'aller trop tôt à lapresse, et il refondit l'ensemble dans les pièces suivantes (2), où sont corrigées, il l'espère, quelques négligences dans son ancien raisonnement, et plus encore dans l'expression. Pourtant, plusieurs écrivains, qui ont honoré de leurs réponses la philosophie de l'auteur, ont pris soin de diriger toutes leurs batteries contre cet ouvrage de jeunesse, que l'auteur n'a jamais reconnu, et ils ontaffecté de triompher en des avantages qu'ils ont, s'imaginent-ils, obtenus contre moi; un pratique très contraire à toutes les règles de l'impartialité et de la loyauté, et un exemple manifeste de ces artifices polémiques qu'un zèle sectaire se pense autorisé à employer. Dorénavant, l'auteur désire que les pièces suivantes (3) soient seules considérées comme contenant ses opinions et ses principesphilosophiques.
SECTION I
Des différentes sortes de philosophies
La philosophie morale, ou science de la nature humaine, peut être traitée de deux façons différentes. Chacune a son mérite particulier et peut contribuer au divertissement, à l'instruction, et à la réforme de l'humanité. L'une considère l'homme avant tout comme né pour l'action, et comme influencé dans ses estimations par le goût etle sentiment; poursuivant un objet et évitant un autre, selon la valeur que ces objets semblent posséder, et selon le jour sous lequel ils se présentent. Comme la vertu, parmi les objets, est reconnue pour être la plus précieuse, les philosophes de cette sorte la dépeignent sous les plus aimables couleurs, empruntant tous les secours de la poésie et de l'éloquence, et traitant leur sujet d'unefaçon facile et claire, et la plus susceptible de contenter l'imagination et de gagner le coeur. Ils choisissent dans la vie de tous les jours ce qu'ils peuvent observer de plus frappant. Mettant les caractères opposés dans un contraste approprié, et, nous attirant dans les sentiers de la vertu par la perspective de la gloire et du bonheur, ils dirigent nos pas dans ces sentiers par les préceptes lesplus sains et les exemples les plus illustres. Ils nous font sentir la différence entre le vice et la vertu. Ils provoquent et règlent nos sentiments; et s'ils peuvent orienter nos coeurs vers l'amour de la probité et le véritable honneur, ils pensent avoir atteint pleinement la fin de tous leurs efforts.
Les philosophes de l'autre sorte considèrent l'homme plus comme un être raisonnable quecomme un être actif et cherchent plutôt à former son entendement que de cultiver ses moeurs. Ils regardent la nature humaine comme un sujet de spéculation, la considèrent avec rigueur et minutie, de façon à y trouver ces principes qui règlent notre entendement, provoquent nos sentiments, et nous font approuver ou blâmer telle chose particulière, telle action ou tel comportement. A ce sujet, ilsreprochent à tous ceux qui ont écrit, que la philosophie n'ait pas encore fixé, dépassant toute controverse, le fondement de la morale, du raisonnement et de la critique artistique, et qu'elle parle toujours de vérité et de fausseté, de vice et de vertu, de beauté et de laideur, sans être capable de déterminer l'origine de ces distinctions. Tandis qu'ils tentent cette tâche ardue, ces philosophes ne selaissent détourner par aucune difficulté; mais passant des cas particuliers aux principes généraux, ils poussent encore leurs recherches à des principes plus généraux et ils ne connaissent aucun repos, aucune satisfaction, tant qu'ils n'atteignent pas ces principes premiers qui doivent, en chaque science, mettre un terme à la curiosité humaine. Alors que leurs spéculations semblent abstraites,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Enquete sur l'entendement humain hume
  • Hume, Enquête sur l’entendement humain
  • Enquete sur l'entendement humain
  • Commentaire de philosophie hume, enquête sur l'entendement humain
  • Hume enquête sur les principes de la morale
  • Hume, enquête sur les principes de la morale
  • Hume
  • Commentaire texte hume sur l'entendement humain

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !