"Il suffit de parler pour devenir un autre."

Pages: 2 (425 mots) Publié le: 22 juin 2014
Dans quelle mesure chacune de mes paroles implique-t-elle une transformation de mon être?


I. chaque fois que je parle, je me métamorphose.

A. En parlant avec/à quelqu'un d'autre, je tais cequi me singularise, et je deviens forcément un autre.
B. ... Au point de revêtir un masque à chaque fois que je prend la parole, sans même y prendre garde: je ne suis plus moi-même, mais cet autre,ce masque que la société ou les circonstances m'imposent.
C. Par conséquent, les mots sont un écran entre ce que je suis et ce que je dis: ma parole m'éloigne systématiquement de moi-même, metransforme en un autre qui ne coïncide pas avec moi et qui m'est étranger.

II. Pourtant, "Il suffit de parler" pour dire qui je suis: chaque fois que je parle, je manifeste mon identité.

A. chaquefois que je parle, je manifeste mes sentiments et mes opinions: je dis, volontairement ou non, ce que je pense et ce que je ressens, qui m'est propre.
B Au-delà de l'expression de sentimentspassagers, chaque fois que je parle, je manifeste mon désir, ma volonté, la force qui m'anime et qui le distingue des autres en tant qu'individu.
C. Ainsi, la paroles est systématiquement affirmation du moi,voire appropriation; en parlant j'annexe à moi, je fais mien même ce qui pouvais sembler autre. Bien loin de devenir différent, je ramène à mon être ce qui est autre.

Alors, dans cettedialectique du même et de l'autre, doit-on opposer le moi et sa parole? En réalité, l'être se modifie avec la parole. La parole implique certes une transformation, mais pas d'aliénation.

III. "Il suffit deparler" pour devenir qui je suis ( Nietzsche, "wie man wird, was man ist"- deviens qui tu es, sous-titre de Ecce Homo)

A. Ma parole me révèle à moi même: en entendant mon discours ( que celui-ci meprenne pour objet ou pas), je découre que l'autre, c'est moi, et je contruis progressivement mon identité.
B. Le dialogue peut être le lieu priviliégié de cette révélation: je deviens qui je suis...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !