Introduction filmologie

76207 mots 305 pages
Introduction
Film/Cinéma
Langages et codes
Codes du film
Narration filmique
Conclusion
Bibliographie Eléments de narratologie
INTRODUCTION
La naissance de l'analyse théorique du cinéma s'est faite tardivement par rapport à ses origines (autour de 1895); elle s'est élaborée à partir des concepts linguistiques appliqués aux oeuvres cinématographiques et a impliqué une rupture avec la critique de type impressionniste ou esthétisante. Elle a dû se dégager de l'étude des entours du cinéma qui relèvent de la sociologie, de l'économie, de l'esthétique... On peut en effet analyser le cinéma en termes de production, en tant que show-business, étudier des phénomènes associés comme le vedettariat.
La constitution d'une analyse filmique méthodique, d'une filmologie renvoie à la spécificité du langage filmique qui constitue à proprement parler l'objet de la sémiologie du cinéma. Ces modestes éléments reprennent en partie l'ossature d'un travail de Jean Mottet, Portée sémiologique de quelques concepts linguistiques appliqués au cinéma.
Les photogrammes qui servent d'illustrations à ces pages sont la propriété de leurs auteurs et des ayants droit.
Ces images réduites sont utilisées ici à des fins d'analyse pédagogique, dans une perspective strictement non commerciale.
Nous nous engageons à les supprimer sur simple demande des ayants droit.

DISTINCTION FILM / CINEMA Gilbert Cohen Séat a finement distingué le fait cinématographique du fait filmique:
« Le film n'est qu'une petite partie du cinéma, car ce dernier constitue un vaste ensemble de faits dont certains interviennent AVANT le film (infrastructures économiques de la production, financement, techniques des appareils, studios...), d'autres APRES le film (influence culturelle, réaction des spectateurs, mythologie des "stars"...), d'autres encore PENDANT le film, mais à côté et en dehors de lui (rituel social de la séance

en relation

  • Médiation culturelle et communication
    7159 mots | 29 pages
  • Histoire et critique des arts
    92710 mots | 371 pages