Jeunesse

379 mots 2 pages
Percevoir la jeunesse comme ce moment de transition entre la période d’identification aux parents (l’enfance) et celle où les individus ont construit leur propre identité et leurs propres normes (l’adulte), implique pour la sociologie de la jeunesse d’en faire un « processus de socialisation » et non plus une simple « catégorie ». Cependant, cette façon de penser la jeunesse a l’inconvénient de la circonscrire comme un ensemble homogène, alors que cette jeunesse renvoie à des réalités différentes. Au-delà des moments forts et incontournables de cette transition (le départ de la famille d’origine, l’entrée dans la vie professionnelle et la formation d’un couple), il existe des différences liées à l’appartenance sociale et au niveau d’études. En tant que processus de socialisation, la jeunesse est un long ajustement progressif consistant à se construire une identité sociale et à se trouver une place dans la société, tout en faisant correspondre cette place à un diplôme et à une position professionnelle. Lors de cet ajustement, les jeunes vont diversifier leurs expériences sociales. D’où la double tendance apparemment contradictoire de la jeunesse actuelle : polarisation et homogénéisation. La polarisation de la jeunesse s’accroît entre, d’une part, ceux qui ont des diplômes et les moyens de repousser le moment des engagements, et de diversifier leurs expériences sociales et, d’autre part, ceux qui n’en ont pas et qui sont soumis à des risques croissants de marginalisation professionnelle et sociale. En même temps, un phénomène d’homogénéisation tend à rapprocher les valeurs, les normes culturelles et de consommation, et les aspirations de l’ensemble des jeunes. La frustration qui apparaît alors est bien plus grande pour ces catégories de jeunes qui, à défaut de pouvoir obtenir ce qu’ils désirent par des moyens licites, sont tentés, pour certains, de recourir à des méthodes illicites. Une analyse à méditer après les violences dans les banlieues de l’automne 2005…

en relation

  • La jeunesse
    1648 mots | 7 pages
  • la jeunesse
    846 mots | 4 pages
  • La jeunesse
    1836 mots | 8 pages
  • La jeunesse
    666 mots | 3 pages
  • Les jeunesses
    600 mots | 3 pages
  • La jeunesse
    297 mots | 2 pages
  • La jeunesse
    3430 mots | 14 pages
  • La jeunesse .
    397 mots | 2 pages
  • Jeunesse
    19498 mots | 78 pages
  • Jeunesse
    265 mots | 2 pages