kant les lumières

Pages: 13 (3090 mots) Publié le: 6 janvier 2015
« §1 QU’EST-CE QUE LES LUMIÈRES ? Les Lumières se définissent comme la sortie de l’homme hors de l’état de minorité où il se trouve par sa propre faute. La minorité est l’incapacité de se servir de son entendement sans la direction d’autrui, minorité que l’on doit à sa propre faute, puisque la cause en réside non dans un défaut de l’entendement mais dans un manque de décision et de courage des’en servir sans la direction d’autrui. Sapere aude ! (Ose savoir !). Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières.
§2 La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu'un si grand nombre d'hommes préfèrent rester mineurs leur vie durant, longtemps après que la nature les a affranchis de toute direction étrangère (naturaliter majores1) ; et ces mêmescauses font qu'il devient si facile à d'autres de se poser comme leurs tuteurs2. Il est si commode d'être mineur! Avec un livre qui tient lieu d'entendement, un directeur de conscience qui me tient lieu de conscience, un médecin qui juge de mon régime à ma place, etc., je n'ai vraiment pas besoin de me fatiguer moi-même. Je ne suis pas obligé de penser, pourvu que je puisse payer ; d'autres sechargeront bien pour moi de cette ennuyeuse besogne. Les tuteurs, qui se sont très aimablement chargés d'exercer sur eux leur haute direction, ne manquent pas de faire que les hommes, et ce sont de loin les plus nombreux (sans omettre le beau sexe tout entier), tiennent pour très dangereux le pas vers la majorité, qui est déjà en lui-même pénible. Après avoir abêti leur bétail et avoir soigneusementpris garde de ne pas permettre à ces tranquilles créatures d'oser faire le moindre pas hors du chariot où ils les ont enfermées, ils leur montrent le danger qui les menace si elles essaient de marcher seules. Or, le danger n'est sans doute pas si grand que cela, étant donné que quelques chutes finiraient bien par leur apprendre à marcher ; seulement, l’exemple d’un tel accident rend malgré touttimide et dissuade généralement de faire d'autres essais.
§3 Il est donc difficile pour l’individu de s’arracher tout seul à la minorité, qui est presque devenue pour lui un état naturel. Il y a même pris goût et il est pour le moment réellement incapable de se servir de son propre entendement, parce qu’on ne lui en a jamais laissé faire l’essai. Préceptes et formules, ces instruments mécaniquespermettant un usage raisonnable de la parole ou plutôt un mauvais usage de ses dons naturels, voilà les grelots que l’on a attachés au pied d’une minorité qui persiste. Celui-là même qui s’en débarrasserait ne franchirait pour autant le fossé le plus étroit que d’un saut mal assuré, parce qu’il n’est pas habitué à remuer ses jambes en liberté. Aussi sont-ils peu nombreux ceux qui sont parvenus, enexerçant eux-mêmes leur esprit, à s’arracher à la minorité et à avancer malgré tout d’un pas assuré.
§4 Mais qu’un public s’éclaire lui-même, voilà qui, au contraire, est possible ; c’est même presque inévitable, pour peu qu’on lui en laisse la liberté. Car on rencontrera toujours, même parmi les tuteurs attitrés de la masse, quelques hommes qui pensent par eux-mêmes et qui, après avoir eux-mêmessecoué le joug de leur minorité, répandront autour d’eux un état d’esprit où la valeur de chaque homme et sa vocation à penser par soi-même seront raisonnablement estimées. Remarquons ici que le public, qui auparavant avait été maintenu sous ce joug par ceux-ci, les force ensuite eux-mêmes à y rester, dès lors qu’il est poussé à la rébellion par certains de ses tuteurs, eux-mêmes totalementincapables d’accéder aux Lumières : tant il est dommageable d’inculquer des préjugés, parce qu’ils finissent par se venger contre ceux-là mêmes qui en ont été les auteurs ou contre leurs devanciers. Aussi un public ne peut-il parvenir que lentement aux Lumières. Une révolution peut bien entraîner la chute du despotisme personnel et de l’oppression suscitée par la soif de richesses et de domination,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Kant, les lumières
  • Kant les lumières
  • Kant qu est ce que les lumieres ?
  • Kant Les Lumieres
  • Quest ce que les lumieres kant
  • Qu’est ce que les lumières ? de kant
  • Kant, qu'est ce que les lumieres?
  • Kant qu'est ce que les lumieres

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !