La ‘deixis surréaliste’. breton, le genre textuel et l’énonciation de la subjectivité

Pages: 28 (6849 mots) Publié le: 8 mars 2012
220



Studia Romanica Tartuensia IVa



221

Licia Taverna La ‘deixis surréaliste’. Breton, le genre textuel et l’énonciation de la subjectivité
Le langage reproduit le monde, mais en le soumettant à son organisation propre.
Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale

La deixis, pourrait-on dire, est liée à l’instance d’énonciation et à son co-locuteur potentiel, lesseules entités à partir desquelles les coordonnées spatio-temporelles énoncées peuvent être correctement interprétées. Pour la plupart des linguistes, en effet, l’univers de la deixis est constitué de l’ensemble des marques, à fonctionnement sémantico-référentiel, qui renvoient à l’instance d’énonciation : il s’agit de tous les éléments, inscrits dans l’énoncé, qui se réfèrent à la situation decommunication ‘réelle’ de l’énonciateur (par exemple, sa perception du temps ou la position qu’il occupe dans l’espace, etc.). Toutefois, si l’on essaye d’expliquer les termes utilisés dans la plupart des définitions linguistiques concernant la deixis (y compris les termes précédemment employés), la question reste ouverte et se complique. Qu’entend-on, par exemple, lorsqu’on parle de situation decommunication ? Et d’ailleurs, situation de communication et instance d’énonciation sont-elles équivalentes ? Ou encore : le recours à la notion de réel, est-il inévitable ? Selon la définition proposée par Kerbrat-Orecchioni, les déictiques impliquent la prise en compte du :

222



Studia Romanica Tartuensia IVa

[1] – rôle que tiennent dans le procès d’énonciation les actants de l’énoncé, –la situation spatio-temporelle du locuteur, et éventuellement de l’allocutaire. Il importe d’insister sur ce point qui prête à de fréquentes méprises : ce qui « varie avec la situation », c’est le référent d’une unité déictique, et non pas son sens, lequel reste constant d’un emploi à l’autre (Kerbrat-Orecchioni 1999 : 41 ; souligné dans le texte).

Suivant cette définition, la deixis n’estsaisie qu’en tenant compte du « procès d’énonciation », c’est-à-dire de l’énonciation en acte, en train de se faire. A ce sujet, on peut se poser plusieurs questions. Est-il possible, par exemple, que le procès d’énonciation soit suffisant en soi ? Sinon, où trouve-t-il son origine ? Mais ce qui est surtout à discuter concerne la notion de ‘référent’. Kerbrat-Orecchioni semble faire écho à la définitionproposée par Peirce où le référent de la deixis « varie avec la situation » parce qu’il est lié d’une relation ‘existentielle’ avec l’objet qu’il désigne. Cette définition de Kerbrat-Orecchioni est liée à une situation de communication extérieure à l’énoncé et vise à garder une distinction forte entre l’énoncé et l’énonciation. Toutefois, de mon point de vue la question à se poser est de savoir sil’énoncé et l’énonciation sont deux entités distinctes, c’est-à-dire saisissables en tant qu’entités découpées par une nette frontière qui les sépare l’une de l’autre, ou bien si elles sont indissociablement liées entre elles. Il faut souligner en effet que, d’une part, l’énonciation véritable (en tant qu’acte de parole, au sens saussurien du terme) ne représente qu’un phénomène volatile etinsaisissable en dehors de l’énoncé qui l’actualise ; de l’autre, l’énoncé pur et simple (si ‘objectif ’ qu’il puisse être) ne peut pas être reçu comme le résultat totalement séparé de l’instance d’énonciation qui l’a produit. Par conséquent, plutôt que deux entités séparées, énoncé et énonciation devraient être entendus comme des renvois incessants et inextricables de l’un à l’autre. La bipolarité entreces deux entités (énoncé et énonciation) devrait être estompée en de degrés différents de ‘mise en contexte’ et d’‘effets de situation’. De mon point de vue, il est préférable de parler d’énonciation énoncée et d’énoncé énoncé, c’est-à-dire deux

Licia Taverna



223

termes complexes qui agissent en tant que médiateurs graduels entre l’instance d’énonciation (insaisissable en tant que...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • l'énonciation
  • L'enonciation
  • La subjectivité
  • l'énonciation
  • Surréalistes
  • La subjectivité
  • Breton
  • Breton

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !