La bête humaine

2602 mots 11 pages
I – UNE BETE HUMAINE

A – Une métamorphose

1 – un personnage en crise

2 – la transformation physique en bête

B – un conflit intérieur

1 – Jacques et « les autres »

2 – la « bête » contre l’ « homme »

II – UNE CREATURE ZOLIENNE

A – Une énonciation ambiguë

B – Jacques, personnage « dominé par son sang »

C – La « fêlure héréditaire »

1 – Jacques, un « cas d’école »

2 – le poids de l’hérédité

INTRODUCTION

Emile Zola (1840-1902) est le chef de file et le théoricien du mouvement naturaliste dont il jette les bases dans son ouvrage théorique Le Roman expérimental (voir annexes). Zola explique qu'il a pris le parti du naturalisme, doctrine par laquelle il essaie d'élever la littérature au rang de science exacte.

Zola narre en un cycle de vingt romans constituant une grande fresque romanesque « L'histoire Naturelle et Sociale d'une famille sous le Second Empire » ainsi que l'indique le sous-titre donné à l'ensemble de son oeuvre sur les Rougon-Macquart. Zola avait pas ailleurs prévu un roman consacré aux chemins de fer, sujet qui avait déjà inspiré Huysmans (Les Sœurs Varard, 1879), Claude Monet (La Gare Saint-Lazare)...

Mais comme il souhaitait que Les Rougon-Macquart ne dépassent par vingt romans et qu’après Le Rêve, il ne lui restait plus que quatre à écrire, il décida de mêler les thèmes ferroviaire et judiciaire : « je vais mettre quelques grammes terribles dans le cadre des chemins de fer, une étude de crimes, avec une échappée sur la magistrature. »

Dans son roman La Bête humaine (1890), Zola met en scène Jacques Lantier, mécanicien de la locomotive La Lison. Porteur d’une « fêlure héréditaire », la pulsion sexuelle s’accompagne toujours chez lui d’une pulsion meurtrière. Ainsi assassinera-t-il sa maîtresse, Séverine.

Au cours d’une visite à sa marraine, Tante Phasie, Jacques Lantier, fils de

en relation

  • La bête humaine
    954 mots | 4 pages
  • La bete humaine
    1047 mots | 5 pages
  • La bête humaine
    859 mots | 4 pages
  • La bete humaine
    656 mots | 3 pages
  • La Bête humaine
    947 mots | 4 pages
  • La bete humaine
    269 mots | 2 pages
  • La bete humaine
    1822 mots | 8 pages
  • Le bete humaine
    1163 mots | 5 pages
  • La bête humaine
    592 mots | 3 pages
  • La bête humaine
    797 mots | 4 pages