La lecture d'un texte théâtral nous suffit pour apprécier à sa juste valeur cette œuvre sans devoir assister à sa représentation.

854 mots 4 pages
Le théâtre nait dans la Grèce Antique et est à l’origine une cérémonie mêlant chants et danses qui rassemblent des personnes en l’honneur de Dionysos. Cet art évolue au fil des siècles avec le théâtre classique au 17ème siècle imposant des règles de bienséance et de vraisemblance par exemple jusqu'au théâtre contemporain de nos jours. Toutes ces pièces ont cependant le même objectif, celui d'être représentées. En effet le nom « théâtre » vient du latin theatrum, lui-même venu du grec ancien theatron qui signifie « lieu d'où l'on regarde», la pièce de théâtre n'est donc pas destiné à être lu mais jouée. Cependant les textes de théâtre sont aussi publiés et le lecteur peut prendre plaisir à lire celles-ci. Nous pouvons donc nous demander si la simple lecture d'un texte théâtral est suffisante pour l'apprécier ou s'il est nécessaire d'assister à sa représentation pour qu'elle prenne toute sa valeur? Dans un premier temps, nous nous interrogerons pour savoir si la lecture d'une œuvre théâtral peut satisfaire amplement son lecteur, dans un deuxième temps, nous verrons que la représentation du texte est bénéfique pour apprécier cette pièce, puis nous terminerons en démontrant que la lecture du texte, associée à sa représentation peuvent se compléter.

La lecture d'un texte théâtral nous suffit pour apprécier à sa juste valeur cette œuvre sans devoir assister à sa représentation.

Nous pouvons d'abord être touchés par la beauté et l'écriture du texte. En effet, le texte théâtral est avant tout un texte littéraire, nous sommes donc sensibles au langage et aux procédés stylistiques choisi par l'auteur. Les tragédies versifiées de Racine en sont l'exemple. En effet dans Phèdre, les répliques de cette dernière n'ont pas besoins d'être jouées pour prendre toute leur ampleur et toucher le lecteur. Lors de la tirade où elle évoque ses sentiments envers Hippolyte, avec certaines répliques comme « je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue » nous ressentons alors les sentiments

en relation

  • Sans Nom 1
    4034 mots | 17 pages
  • la sécretaire particuliere 9e edition (comedie)
    7959 mots | 32 pages
  • Education Nationale
    15623 mots | 63 pages
  • photo
    14021 mots | 57 pages
  • En quoi le récit littéraire avec les moyens qui lui sont propres est il efficace pour argumenter
    25962 mots | 104 pages
  • Ob_2d53b6_sujets Annabac Et Autres
    25163 mots | 101 pages
  • Les différents sujet de bac
    25172 mots | 101 pages
  • francais aide sur l'argumentation
    54650 mots | 219 pages
  • Coucou
    56077 mots | 225 pages
  • Écriture, théâtre et ‎engagement dans le théâtre d’henri kréa et ‎noureddine aba
    109301 mots | 438 pages