La monarchie à l'époque mérovingienne et la royauté à l'époque carolingienne

1804 mots 8 pages
§1 : la monarchie à l’époque mérovingienne

A cette époque le pouvoir suprême présente un caractère différent de ce qu’il était sous l’empire romain. A Rome l’empereur romain était considéré non comme le propriétaire mais comme le dépositaire de la souveraineté. Il exerçait celle-ci au non de l’Etat. Ainsi à l’époque romaine la notion d’Etat servait a assurer la continuité du pouvoir et donnait un fondement à l’autorité impériale. Au contraire à l’époque franque sous les mérovingiens le roi considère le pouvoir royal comme sa propriété au même titre que son patrimoine privé. Il y a une confusion entre les notions de propreté privée et de souveraineté. Par conséquent, il n’y a plus de pouvoir public. Le pouvoir c’est le roi. Des conséquences en découlent. La première est le mot « publicus » qui sert à cette époque à designer ce qui appartient au roi. Il n’y a pas de justice public ni de finance publique. A la place il y a la paix du roi. La deuxième est que le roi mérovingien n’est pas un chef d’Etat au sens romain du mot ni à au sens moderne. Le roi mérovingien est un chef militaire. Il a le titre de « rex francorum » c’est-à-dire le roi des francs. Le roi mérovingien n’est pas le roi d’un royaume. En tant que rex francorum, le roi des mérovingiens est un patron qui exige l’obéissance de tous ses sujets. En contre partie il assure à ses mêmes sujets, sa protection. Cette obéissance est de nature contractuelle et personnelle puisqu’elle est fondée de lien d’homme à homme sur ce qu’on appelle la fidélité personnelle au roi. C’est une fidélité personnelle au roi qui lui est prêtée. Les rois mérovingiens des 6 et 7 eme siècle exigent de leurs hommes libres appelés « leudes » qu’ils prêtent serment de fidélité début de son règne. Ce serment pourra être éventuellement renouvelé chaque fois que des évènements paraissent ébranlés la confiance que les rois placent aux hommes livres du royaume. Ceux qui refuserait de le renouveler seraient qualifiés d’infidèle. Ils n’ont

en relation

  • Epoque franque
    1858 mots | 8 pages
  • Le contexte politique du droit médiéval
    1256 mots | 6 pages
  • Les royautés mérovingiennes et carolingiennes
    4661 mots | 19 pages
  • Institution
    18189 mots | 73 pages
  • Histoire des institutions avant 1789. partie 1.
    24498 mots | 98 pages
  • Cours histoire des institutions l1 droit
    13220 mots | 53 pages
  • Loi Salique
    4852 mots | 20 pages
  • Cours histoire du droit
    32685 mots | 131 pages
  • Histoire des institutions
    1305 mots | 6 pages
  • Carolingiens
    1951 mots | 8 pages