La morale sans Dieu

Pages: 9 (2097 mots) Publié le: 5 janvier 2014
Athéisme
L'homme debout Athéisme : L'homme debout - Accueil
Accueil atheisme.free.fr
Nouveautés de moins de 3 moisNouveautésNouveautés de moins de 3 mois


Accueil Grands thèmes

Quelques textes

Citations

Biographies

Revue de presse


Dictionnaires
des religions
Bibliographie

Humour

Récréation

Boîte à outils

Some pages in english WelcomeAjouter aux favoris
Athéisme : l'homme debout. Vivre sans Dieu et sans religion > > Morale > Morale sans Dieu

La morale sans Dieu



Vous ne trouverez pas ici de recettes de morale,
mais seulement quelques idées
que chacun puisse se construire son opinion.


La morale est une inépuisable source de réflexion car elle conduit immanquablement à aborder les relations et intérêtscontradictoires de l'homme et de la société.

Une définition de la morale

1 - Ensemble des règles de conduite et de valeurs auquel un individu se soumet "librement" ou en vigueur au sein d'un groupe ou d'une société. Elle détermine les principes et les pratiques concrètes d'action.

2 - Science des mœurs, la morale est aussi un sujet de réflexion philosophique qui vise à déterminer le but suprême del'homme et de son action dans le monde, dans le cadre de la société et de la recherche du bonheur individuel. Elle peut être amenée à définir des notions de bien et le mal répondant aux critères d'objectivité et d'universalité ou au contraire à les nier.



Morale religieuse

Religion et morale ont toujours été présentées de manière tellement indissociable qu'il est fréquent, même chez lesgrands auteurs (Voltaire, Dostoïevski…) de penser que la morale ne peut exister sans religion.
Il faut reconnaître que les religions, en particulier celles des Ecritures Saintes (judaïsme, christianisme, islam) ont proposé - il serait plus exact de dire imposé - une morale prête à l'emploi, selon laquelle, pour chaque homme, tout acte de la vie, et même toute pensée, est censé s'inscrire dans legrand livre des débits et des crédits sur lequel Dieu se basera pour un éventuel salut post mortem.

Les religions ayant réussi à faire croire que la morale leur appartenait, vivre en incroyant est souvent perçu comme un critère d'immoralité. Cette idée reçue perd sa raison d'être si l'on prend un peu de recul et si l'on examine ce qu'est réellement la morale religieuse.

Dieu joue en quelquesorte le rôle du père qui fixe les règles et qui punit. Le croyant est traité comme un enfant, pas encore doué de raison, à qui l'on "fait la morale". Pour l'inciter à la respecter, les religions actionnent à la fois la carotte (paradis, éternité) et le bâton (purgatoire, flammes éternelles, enfer…). Le clergé joue le rôle de l'entremetteur. Si le poids du péché est trop dur, une confession,quelques prières et l'absolution permettent au croyant de dormir la conscience tranquille (et éventuellement recommencer le lendemain). Il fut un temps où l'on pouvait même acheter des indulgences.
Ce n'est pas le royaume de Dieu, mais celui de l'hypocrisie : "faire le bien dans le l'espoir de…", "ne pas faire le mal pour éviter…".
C'est une morale intangible, inadaptée, en décalage ou encontradiction avec les situations du monde d'aujourd'hui. Mais surtout, c'est une morale qui considère la vie sur Terre comme secondaire et qui prône le renoncement afin de mériter un hypothétique salut divin accessible après la mort, dans un autre monde.


Morale sans religion

L'athée, quant à lui, se passe de cette autorité supérieure pour choisir ses propres règles de vie. Il doit donc faire preuvede plus de maturité que les croyants qui s'en remettent en permanence aux Ecritures ou aux discours d'imams, du pape, de rabbins, du dalaï-lama, de prédicateurs, de gourous en tous genres...
L'athée est responsable du choix de l'éthique qui le guide et de ses actes. Sa morale n'est pas une contrainte qu'on lui impose, mais l'objectif librement accepté qu'il se fixe. Il ne peut se retrancher...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on se passer de dieu pour la morale
  • Peut on se passer de dieu pour créer une morale?
  • Mon dieu !
  • Dieu
  • Dieu
  • Dieu
  • Dieu
  • Dieu

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !