La mort au théatre

Pages: 5 (1034 mots) Publié le: 9 novembre 2010
Il nous faut interroger l’histoire de la mise en scène et du projet théâtral. Pour indiquer des voies afin d’y voir plus clair nous signalons deux formes d’approches de la représentation. Elles sont opposées dans leurs intentions : la tragédie antique et le théâtre des cruautés. Telle qu’elle fut théorisée par Aristote, la tragédie cherchait à purifier les spectateurs en provoquant la crainte etla pitié. À l’inverse, le « théâtre des cruautés » des XVIe et XVIIe s. fut de quelque manière conçu pour exciter les passions et galvaniser les volontés dans le combat contre les infidèles.
L'essence du tragique tient-il à la monstration de la mort sur scène ?
De quel côté sommes-nous, avant même que l’elle produise son effet sur nous ?
Le sens de la cérémonie tragique est-il dans leréalisme de la représentation (du sang sur scène) ou dans une esthétique de la sobriété et de la distance ?

I LA DEFICIENCE DE TOUTE REPRESENTATION DE LA MORT SUR SCENE

En ce point, nous ne nous sommes guère encore avancés au-delà du domaine des passions ou de leur apaisement. Mais nous reconnaissons dans les héritages grecs et baroques des clés de lecture pertinentes. Loin d’être simples, ellesrestent susceptibles de se croiser dans l’expérience du même spectateur. Pour aller plus avant, considérons maintenant l’artifice qui consiste à représenter (schaustellen, vorstellen) un événement. La mort d’un homme, quel qu’il soit – même s’il n’est pas reconnu comme Messie ou confessé Fils de Dieu – demeure un événement unique, à peine accessible au récit. Nous ignorons tout de la mort, saufqu’elle est pour chacun et de manière certaine la possibilité non encore advenue du terme imposé à toute possibilité. Face à ce terme, que signifie représenter ? L’artifice du théâtre antique et classique consistait dans l’imitation et la vraisemblance, mais ni la mort, ni la mutilation n’avaient lieu sur la scène : ce réalisme répugne au grand théâtre qui sait sa limite dans la représentation. Œdipese crève les yeux hors du champ de vision ; Jocaste s’est pendue dans le palais, derrière la scène. Il y a de l’irreprésentable que seul le récit permet de viser : la mort de Camille dans Horace de Corneille, la mort d’Hippolyte dans la Phèdre de Racine.
C’est aussi l’irreprésentable qui sous-tend le « théâtre de la cruauté », telle que l’entendait Antonin Artaud (1896-1948). Ce dramaturgecherchait à mettre fin à la mimêsis (imitation) et à la répétition toujours en scène(3). Mais les deux projets dramatiques, en apparence fort divergents se rejoignent dans le fait d’être dépassés par l’événement. C’est peut-être dans cette impasse de l’imitation, répétée par des acteurs dont la vie et le rôle sont toujours en écart par rapport à l’original représenté, qu’il convient de ranger la naïvetéd’une représentation de la mort sur scène.
La représentation de la mort ne peut avoir le même sens que l'événement de la mort lui-même.


II UN TRAGIQUE ESSENTIELLEMENT SPECTACULAIRE

Alors que la tragédie grecque est éminemment littéraire, le théâtre tragique latin, au moins jusqu'à l'Empire, existe avant tout dans le but d'être représenté : les textes constituent des éléments despectacle, au même titre que la musique et la danse.
Les tragédies de Sénèque par exemple offrent une efficacité spectaculaire, non seulement parce que la mort peut être représentée sur scène, mais surtout parce que les héros, qu'ils soient bourreaux ou victimes, sont des furieux, non pas des fous, mais des entités animées de furor, qui ne se conduisent plus de façon humaine et deviennentincompréhensibles par leurs semblables.
Mais si de tels personnages frappent évidemment le spectateur, ils l'invitens aussi à réfléchir sur le sens du tragique dans sa représentation de la mort.
Dans la mesure où chaque héros furieux peu apparaître comme un tyran fou, la seule issue de l'homme, pris entre la sainteté et la monstrusoisté, serait d'échapper à l'humanité par la mort ou le théâtre.
Par...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La mort au theatre
  • La mort au théâtre
  • La mort au théâtre
  • Mort au théâtre
  • La mort au théatre
  • Un théâtre de la mise à mort
  • La représentation de la mort au théâtre
  • Dissertation sur la représentation de la mort au théâtre

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !