La mort du roi tzongor

367 mots 2 pages
Pour résumé je trouve que ce roman est une épopée car il narre les exploits historiques et mythiques de plusieurs héros : Katabolonga, Souba, Sango Kerim… On parle aussi de tonalité épique. Tout d’abord cela s’explique car ce roman parle beaucoup sur les hauts-faits militaire et la littérature y est relative. On est aussi très pris par l'histoire, malgré sa cruauté et sa rudesse. On ne peut s’empêcher de d’essayer de comprendre les personnages tous aux caractères bien définit. C’est une épopée qui nous est racontée avec une écriture très simple, mais très agréable et tellement captivante. Il n'y a pas de temps mort, les évènements s'enchaînent les uns à la suite des autres et nous captivent. Il n’y pas de beaux sentiments ici, que des émotions à l'état brut et certainement pas les plus jolies.

C’est l’histoire de deux hommes qui se battent pour la même femme, un roi qui se suicide pour tenter d'éviter la guerre, des frères qui se renient et s'affrontent. Une famille qui se déchire. Des guerriers qui se battent depuis si longtemps qu'ils en ont oublié la cause...Les événement s’enchaine à travers l'histoire de la vie de ce roi, si sanguinaire dans sa jeunesse et si pleine de remords et de sagesse dans sa vieillesse, à travers la vie de ses enfants, apparaît une réflexion profonde sur le désir de pouvoir, sur le pouvoir, la haine et les guerres inévitables et meurtrières qu'ils entraînent.
On y côtoie de nombreuses scènes d'horreur, l'accomplissement de tragédies, de destins individuels stériles, mais dans une langue si simple qu’on a l'impression d’écouter.
Cette épopée nous mène à penser que certain passage nous porte à limite du conte vers un monde ou une antiquité imaginaire, des armées magiques, capable de terrasser leurs ennemis par des rites ancestraux : page 105 « il dessina dans l’air le mot secret que ses aïeux lui avait confié », et ou un guerrier ancestral arrive communiquer avec les morts : page 98 « parle, Tsongor, murmura le vieux serviteur d’une

en relation

  • texte de français la mort du roi tzongor
    1155 mots | 5 pages