La notion de sots ou de sous métiers ne déshumanise-t-elle pas l'homme ?

1386 mots 6 pages
Le travail est le plus souvent considéré comme une contrainte avant d’être vu comme une activité plaisante et libératrice. A penser que l’activité est un travail, on a fini par penser que le travail est une activité. Mais dans le travail, l’activité reste-elle toujours plaisante ? L’homme travaille-t-il par nécessité ou par volonté ? Le travail est la valeur de l’homme. Entre le XVIIème et le XVIIIème siècle, les classes sociales avaient différentes façons de reconnaître cette valeur. Pour les nobles, le travail était une mise en valeur de leur domaine, tandis que pour les paysans, leur force était devenue leur travail, les obligeant ainsi à travailler le dimanche après la célébration matinale du culte. Les propriétaires réduisant les mendiants au travail, de force. En réduisant le mendiant au travail, il s’est installé un système dominant / dominé. Ce rapport a-t-il contribué à l’élaboration du système de travaux ? Le système des travaux rabaisse-t-il l’homme dans sa qualité ou lui donne-t-elle une place dans la société ? A l’origine, l’homme s’humanise par le travail mais si l’on admet qu’en effet, le système des travaux rabaisse l’homme dans sa qualité d’homo fabens pour en faire un homo laborans, peut-on dire que la notion de sots ou de sous-métiers déshumanise l’homme alors que le travail tente de l’humaniser ?

Peut-on dire qu’un métier est inférieur à un autre ? Un homme peut être inférieur à un autre homme exerçant un métier différent du sien, comment comparer deux métiers ? Un éboueur peut être inférieur à un ingénieur, simplement par la différence de niveau d’étude, ou par rapport à son niveau de vie. Mais un paysan devenu ingénieur peut-il être supérieur à un ingénieur devenu paysan ?
Etre considéré comme sous-métier à un autre est peut-être le résultat d’un héritage social. Ainsi, l’agriculteur reprenant les terres de sa famille aurait peut-être le niveau d’un ingénieur, s’il ne décidait pas de suivre l’héritage qui lui a été donné. Un

en relation

  • Travail realisation de soi
    1664 mots | 7 pages
  • Le « syndrome de l'albatros » chez thiefaine dans dernieres balises (avant mutation) et soleil cherche futur
    86562 mots | 347 pages
  • Explication candide
    17574 mots | 71 pages
  • candide
    16630 mots | 67 pages
  • Candide, lectures analytiques
    17555 mots | 71 pages
  • Culture General Themes De Societe
    135733 mots | 543 pages
  • Réviser son bac avec le monde
    81732 mots | 327 pages
  • Pascal : image du roi
    110159 mots | 441 pages
  • Vie et pureté
    92586 mots | 371 pages
  • exposé sous l'orage
    173721 mots | 695 pages