La pensée de beccaria

2206 mots 9 pages
Dissertation de droit pénal :

La pensée de Beccaria

« Plus le châtiment sera prompt et suivra de près le délit commis, plus il sera juste et utile », c’est de cette idée que démarre l’idée du jeune homme Cesare Beccaria qui a tout juste 27 ans écrit son ouvrage « le traité des délits et des peines » qui est publié pour la première fois en 1764.
Dans ce traité Beccaria exprime sa pensée, qui est la faculté de réfléchir qui se traduit par une opinion, la pensée est le propre, l'essence de l'esprit.
Considéré comme le plus belle attribut de l’humain c’est ce qui lui permet de s’élever, au déçu des forces de la nature.
La pensée est ce qui distingue l’homme de l’animal comme l’explique la plus part des philosophes.
La pensée de Beccaria elle part l’idée principale qui est celle de la justice et de l’utilité, il veut une justice avec un but celui d’être efficace sur une durée constante et non pas une peine impressionnante mais rapide, et d’apporter le bonheur au sein de la société.
Beccaria dans son idéale voudrait voir un philosophe gouverner, pour ainsi voir triompher la raison qui n’a « jamais présidé la législation des peuples ».
Cesare Beccaria est un jeune homme issu de la noblesse milanaise, est un économiste convertit au droit en raison de son métier d’inspecteur dans les prisons de Milan qui s’intéresse de prés au système pénal européen.
Au sein de son livre il nous en propose sa conception et ses idées qui sont pour le moins innovante et révolutionnaire pour l’époque, bien qu’issu en partie du contexte dans lequel il évolue qui est celui des Lumières, il est inspiré par Montesquieu qu’il appelle « l’immortel », ainsi que par les encyclopédies françaises et il voue une admiration à Rousseau.
Ouvrage dans lequel il attaque violemment les institutions judiciaires européennes de son époque et ou il expose les théories philosophiques des Lumières c'est-à-dire du 18ème siècle.
Son ouvrage est très vite traduit en de nombreuses langues comme

en relation

  • La pensée de beccaria
    1969 mots | 8 pages
  • Le problème de la souveraineté du peuple chez les philosophes des lumières…
    2469 mots | 10 pages
  • Des délits et des peines
    6446 mots | 26 pages
  • Mondialisation
    922 mots | 4 pages
  • Punir
    6376 mots | 26 pages
  • Beccaria
    387 mots | 2 pages
  • Le droit de punir
    3778 mots | 16 pages
  • Traité des déllits et des peines
    39855 mots | 160 pages
  • Les philosophes des lumières et amnesty
    1590 mots | 7 pages
  • Zadig
    4905 mots | 20 pages