La poésie n'a t-elle n'audre but qu'elle même?

Pages: 7 (1510 mots) Publié le: 23 avril 2012
Selon Baudelaire, poète du XIXe siècle et héritier de «l’art pour l’art» du mouvement parnassien auquel il s’identifie, « La poésie […] n’a d’autre but qu’Elle-même » ; elle est gratuite et n’existe que pour sa beauté. En outre, l’art du mot suffit à lui-même. Cependant, la conception de la poésie vue par Baudelaire n’est pas partagée par l’ensemble des poètes et écrivains qui lui donnent parfoisune fonction et un objectif particulier. La poésie n’a-t-elle pour but qu’elle-même comme l’affirme Baudelaire ? Dans une première partie nous développerons la vision de la poésie vue par Baudelaire, c'est-à-dire une vision à l’unique recherche esthétique, puis dans une seconde partie nous démontrerons que le poète à parfois un objectif précis.

Tout d’abord, « la poésie n’a d’autre butqu’elle-même », en effet, sa définition et son histoire semble aller dans ce sens, de plus le Parnasse l’affirme.
Étymologiquement, la poésie vient du grec ποιεῖν (poiein) qui signifie « faire, créer ». La poésie devrait créer un langage ; le poète est donc un créateur, un inventeur de formes expressives. Le poète, héritier d’une longue tradition orale, privilégie la musicalité d’où, dans laplupart des textes poétiques, le recours au vers qui apporte aussi la densité. Ainsi le mot poésie s’applique aux textes en vers qui font un emploi privilégié de ressources rhétoriques. La poésie s’est constamment renouvelée au cours des siècles avec des orientations différentes selon les époques. Au moyen-âge on invente la rime et le vers pour créer quelque chose d’harmonieux et cela permet unemeilleure mémorisation car la poésie est chantée, et sont développés des formes fixes très contraignantes et musicales. Au XIXe siècle, les poètes aspirent à plus de liberté et remettent en cause les anciennes règles avec le vers impair et le poème en prose qui sera développé par Baudelaire. Le poème en prose de Francis Ponge au XXe siècle L’huitre prouve que la poésie est un travail esthétiquepuisqu’il traite un sujet qui n’est pas poétique sous une forme qui ne l’est pas non plus et pourtant il fait un travail sur les sons et rythmes et sur les images avec des rimes, allitérations, assonances et métaphore. Chaque son à une connotation possible, ce qui rend la construction d’un poème un véritable art. Enfin au XXe siècle est créé le calligramme par Guillaume Apollinaire voulant échapper à lalinéarité du poème, il s’agit d’un objet esthétique qui évoque son sens. Ainsi, avec Ondes du recueil Calligramme de 1918, Apollinaire propose un dessin subtil de la pluie qui tombe de façon oblique, qui rend la lecture difficile. On en conclut que le calligramme invite le lecteur à lire et à voir et à comprendre que le poète cherche à montrer ce qu’il
nous dit d’une façon très esthétique.
Deplus, le parnasse est un mouvement poétique apparu en France dans la seconde moitié du XIXe siècle auquel s’identifie Baudelaire puisqu’il dédicace Les Fleurs du Mal au chef de fil du courant Théophile Gaultier. Le Parnasse apparait en opposition aux excès lyriques et sentimentaux du romantisme qui est débridé. Pour les Parnassiens l'art n'a pas à être utile ou vertueux et son seul but est labeauté. C'est la théorie de « l'art pour l'art » de Théophile Gautier. Ce mouvement réhabilite aussi le travail acharné et minutieux de l'artiste et il utilise souvent la métaphore de la sculpture pour désigné le poème : « Un poème demande autant de travail qu’une sculpture ». Dans sa dédicace, Baudelaire montre donc que ce courant travail sur la forme des poèmes avec les termes « impeccable » et «parfait » et il défend l’idée que le poète doit être détaché de la société et cherche une beauté formelle. Henri Michaux, peut être rattaché à ce courant car avec la démarche qu’il entreprend dans le Grand combat, Qui je fus de 1927, met l’accent sur la forme puisque ce poème est écrit dans une langue inventée faite de suggestion sonore. Par exemple, les débuts des trois premiers vers « il...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dissertation la poesie n'a da'autre but qu'elle meme
  • La poésie n'a d'autres but qu'elle même
  • la poesie n'a d'autre but qu'elle même : baudlaire
  • dissertation " la poésie [...] n'a pas d'autres but qu'elle-même"
  • La poésie n'a t'elle d'autre but qu'elle même
  • La dissertation "le but n'a d'autre but qu'elle même"
  • La poésie n'a d'autre but qu'elle même charles baudelaire
  • La poésie n'a d'autres buts qu'elle même

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !