La psychanalyse des contes de fees

587 mots 3 pages
Les contes de fées et la conjoncture existentielle
Les contes de fées ont pour caractéristique de poser des problèmes existentiels en termes brefs et précis. L’enfant peut ainsi affronter ces problèmes dans leur forme essentielle, alors qu’une intrigue plus élaborée lui compliquerait les choses. Le conte de fées simplifie toutes les situations. Ses personnages sont nettement dessinés ; et les détails, à moins qu’ils ne soient très importants sont laissés de côté. Tous les personnages correspondent à un type ; ils n’ont rien d’unique.

Contrairement à ce qui se passe dans la plupart des histoires modernes pour enfants, le mal, dans les contes de fées, est aussi répandu que la vertu. Dans pratiquement tous les contes de fées, le bien et le mal sont matérialisés par des personnages et par leurs actions, de même que le bien et le mal sont omniprésents dans la vie et que chaque homme a des penchants pour les deux. C’est ce dualisme qui pose le problème moral ; l’homme doit lutter pour le résoudre.
Le mal est présenté avec tous ses attraits – symbolisés dans les contes par le géant tout-puissant ou par le dragon, par les pouvoirs de la sorcière, la reine rusée de Blanche-Neige – et, souvent, il triomphe momentanément. De nombreux contes nous disent que l’usurpateur réussit pendant quelque temps à se tenir à la place qui appartient de droit au héros ( comme les méchantes sœurs de Cendrillon ). Ce n’est pas seulement parce que le méchant est puni à la fin de l’histoire que les contes ont une portée morale ; dans les contes de fées, comme dans la vie, le châtiment, ou la peur qu’il inspire, n’a qu’un faible effet préventif contre le crime ; la conviction que le crime ne paie pas est beaucoup plus efficace, et c’est pourquoi les méchants des contes finissent toujours par perdre. Ce n’est pas le triomphe final de la vertu qui assure la moralité du conte mais le fait que l’enfant, séduit par le héros s’identifie avec lui à travers toutes ses épreuves. A cause de cette

en relation

  • La psychanalyse des contes de fées
    1870 mots | 8 pages
  • La psychanalyse des contes de fées
    5631 mots | 23 pages
  • Psychanalyse des contes de fées
    3933 mots | 16 pages
  • Psychanalyse des contes de fées
    13131 mots | 53 pages
  • Psychanalyse des contes de fées
    340 mots | 2 pages
  • Fiche la psychanalyse des contes de fées
    1303 mots | 6 pages
  • Psychanalyse des contes de fee
    1841 mots | 8 pages
  • L’interprétation des contes de fées
    1208 mots | 5 pages
  • Fiche de lecture bruno
    2039 mots | 9 pages
  • Bruno Bettelheim dans la psychologie
    257 mots | 2 pages