La réponse de la révolution à la question de l'éducation du peuple

Pages: 6 (1265 mots) Publié le: 3 février 2011
Introduction
L'instruction a longtemps été le privilège des classes supérieures de la société, privant ainsi l'immense majorité du pays de l'accès au savoir. A la fin du XVIIe s. et au XVIIIe s se pose la question de l'éducation du peuple. Tous ne sont pas d'avis qu'il convient d'étendre l'instruction à tous. En premier lieu, le peuple lui-même résiste à l'instruction. Par ailleurs, lespositions des élites sont divergentes. L'Église qui propose une éducation accessible aux plus pauvres depuis le Moyen Age s'interroge également sur sa pertinence. La Révolution Française répond quant à elle par l'affirmative à cette question de la nécessité de l'instruction du peuple. Elle imagine alors une école obligatoire et gratuite qui permette de libérer l'homme et de former des citoyens capablesd'agir dans la société.
1) La question de l'éducation du peuple à la fin du XVIIe s. et au XVIIIe s.
a) Le peuple et l'instruction élémentaire
Des écoles charitables sont développées au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle afin de permettre l'instruction élémentaire des plus pauvres. Ces écoles sont gratuites. Elles sont financées par le clergé ou par des fondations laïques. C'est le cas parexemple des écoles gérées par les Frères de écoles chrétiennes, institut religieux fondé par Jean-Baptise de la Salle en 1684.
Cependant, les enfants du peuple fréquentent peu ces écoles et ceux qui sont scolarisés s'arrêtent le plus souvent après avoir acquis les rudiments de la lectures. Si le peuple résiste ainsi à l'instruction, c'est qu'il n'y voit pas d'utilité. En effet, les connaissancesacquises à l'école ne sont pas directement utiles aux travaux effectués par le peuple. Par ailleurs, la société de cette époque est cloisonnée et il n'y a pas de mobilité sociale possible. Étudier ne peut donc pas non plus être utilisé comme moyen d'ascension sociale. L'instruction apparaît alors comme une perte de temps aux yeux des plus pauvres. Par conséquent, ceux-ci préfèrent mettre ce temps àprofit pour gagner leur subsistance en travaillant.
b) Les élites et l'instruction du peuple
Si le peuple ne voit pas la nécessité de sa propre instruction, la majorité des élites n'y est pas non plus favorable. Parmi les arguments avancés, on trouve la peur de ne plus avoir de travailleurs manuels ainsi que la peur de l'esprit critique développé par l'instruction. Ainsi, Richelieu s'oppose àl'instruction généralisée dans son Testament politique (1640). Selon lui, elle forme des individus inutiles et refusant d'obéir. Colbert propose quant à lui un enseignement minimum pour tous, mais il insiste sur l'importance de la stabilité sociale, celle-ci ne devant pas être remise en cause par l'instruction, à l'exception de cas exceptionnels dus au mérite personnel.
Cependant, l'évolutiontechnique au XVIIIe siècle entraîne progressivement la nécessité d'une main d'œuvre qualifiée. Certains penseurs voient alors le savoir comme une condition au développement de l'économie et de l'agriculture en particulier. C'est la perspective dans laquelle se positionnent les physiocrates.
Les philosophes des Lumières ont également des positions variées concernant l'éducation du peuple. Alors queVoltaire et Rousseau s'y opposent, d'autres la soutiennent. C'est le cas en particulier de Diderot.
c) L'Église et l'instruction du peuple
L'Église se préoccupe de l'éducation du peuple depuis le Moyen Age. Son but principal est de former des chrétiens. Lors de la Réforme, l'Église catholique utilise l'instruction pour combattre le protestantisme alors que les réformés y voient un moyen de propagerles nouvelles doctrines. Cependant, le contexte a changé à la fin du XVIIe s. et au XVIIIe s. Les protestants ont été éliminés ou alors ont quitté la France. L'Église catholique n'est donc plus concurrencée par les réformés et l'éducation perd sa dimension de lutte confessionnelle.
Alors que les philosophes des Lumières voient dans l'instruction un moyen de libérer l'homme, la question de son...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Réponse à la question de corpus
  • Reponse a question de corpus
  • réponse a la question du corpus
  • Y ' a t'il une reponse a la question qui suis je
  • J'ai des questions à toutes vos réponses
  • Intro la question qui suis-je a-t-elle une réponse exacte?
  • Questions-reponses à un entretien d'embauche
  • L'éducation à l'image, la question de l'obscène

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !