La tête et la queue du serpent, commentaire.

435 mots 2 pages
Jean de La fontaine est un poète français du XVIIème siècle. Les écrits que nous gardons de lui sont principalement des fables. La plupart de celles-ci mettent en scène des animaux anthropomorphes (c’est l’attribution de caractéristiques physique ou psychique humaines à des animaux) et contiennent une morale, présente au début ou à la fin des vers. La Fontaine disait : « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » Nous étudierons ici La tête et la Queue du serpent, une œuvre des années 1678. La Fontaine met en scène un seul personnage, un serpent, qu’il « sépare » en deux parties. La tête du serpent représente de façon imagée, le roi Louis XIV, la queue est l’image le peuple. Nous verrons comment La Fontaine a fait de la queue du serpent un véritable personnage et nous étudierons les différentes fonctions de cette fable, notamment l’enseignement et le divertissement que la fable apporte au lecteur.

Dans la fable de La fontaine nous remarquons une personnification des «différentes parties du serpent». En effet, l’auteur utilise de nombreux verbes d’actions pour faire vivre ses personnages. On peut relever les différent verbes liés aux cinq sens à la ligne 10 le verbe « se plaignit », c’est un verbe qui est utiliser par les hommes, les animaux ne se peuvent se plaindre par des mots, tout comme le verbe « dit » L.12 utiliser par les hommes qui sont les seuls être humains détenteur de la paroles. La Queue exprime son mécontentement d’être toujours la suiveuse, seul les possesseurs de la parole sont dans la capacité de faire un monologue. On relève aussi le verbe « voyait » qui n’est explicité que par l’humain, les animaux voient mais ne peuvent exprimer ce qu’ils perçoivent. Ensuite il y a un verbe d’action comme « donnait » l.34 effectif grâce au pouce opposable dont les humains sont les seuls à posséder cette caractéristique. A la ligne 9 il y a le verbe « marché », un serpent ne marche pas dans le sens ou il n’a ni de jambes, ni de pattes, comme

en relation

  • Le villageois et le serpent commentaire
    558 mots | 3 pages
  • Dissertation justice des mineurs
    2057 mots | 9 pages
  • Représentation symbolique de mélusine
    4988 mots | 20 pages
  • Synthèse biographique Baudelaire
    1303 mots | 6 pages
  • definitions libre
    760 mots | 4 pages
  • Le villageois et le serpent
    2105 mots | 9 pages
  • Es fablesl
    4838 mots | 20 pages
  • dali, le visage de la guerre, b
    2744 mots | 11 pages
  • Le villageois et le serpent
    1965 mots | 8 pages
  • le récit épique
    919 mots | 4 pages