La vague aléatoire de la musique techno

Pages: 10 (2263 mots) Publié le: 16 mai 2010
La vague aléatoire de la musique technoOriginaire des zones industrielles désaffectées des États-Unis, la musique techno a trouvé son espace de résonance sur le Vieux Continent. Elle est l’expression de sentiments mêlés et contradictoires : l’abandon et le chômage, le désir de communauté et de résistance, l’individualisme et la consommation. C’est la rencontre muette et passagère de monadesisolées dans le réseau global.
La techno a dix ans. C’est en 1989 qu’à Detroit, dans les friches de l’industrie automobile américaine, des disc-jockeys (DJ) popularisent dans des fêtes souvent improvisées une nouvelle forme de musique à base d’échantillons sonores (sample), de sons électroniques, de boîtes à rythmes, le tout mixé sur un ordinateur. La cadence calculée en battements par minute (bpm), lanature des sons plus ou moins « acides », l’absence de voix caractérisent cette musique sans instrument ni partition, qui ne s’intègre ni dans les courants de la musique contemporaine, plus savante, ni dans le moule bien orchestré des mélodies à message. Le rock dénonce la tyrannie de l’ordinateur contre la liberté de la guitare ; le rap se caractérise par l’absence de discours inquisitoriaux oupoétiques. La techno est rejetée sur les marges. Elle y fonde ses assises et y plonge ses racines.
Les premiers DJ ont œuvré au gré d’un réseau d’influences puisées dans le vieux fonds de la mémoire collective : jazz, rock, rhythm’n’blues, disco surtout. Le mouvement lancinant des machines s’étant tu, chacun sentit comme un vide envahir Detroit. S’imposa alors le principe d’une structure enboucles bien cadencées pour célébrer aussi cette libération de l’homme de sa chaîne de travail - au prix du chômage, certes, mais on mettait enfin la machine au service de la fête, on perturbait le schéma rationnel des séquences.
Le « bruit », comme on l’appelle alors, parce qu’il répond en écho aux battements du cœur précipités par une course folle, une déclaration d’amour et l’enchevêtrement descorps, le bruit, comme le phare d’Alexandrie, attire les papillons de nuit et la jeunesse franchit les frontières pour se rendre à ses raves, fêtes qui, du point de vue du centre et des autorités politiques, prennent alors des allures de sabbat maléfique. Nul ne cherche à comprendre ce qui pousse les jeunes à investir les usines désaffectées, à prendre possession des friches, dans l’unique souci de« délirer », dans tous les sens du terme, entre joie et transe, avec le sentiment d’appartenir à une communauté. Pour la police et les médias, l’affaire est claire : la confluence de milliers de jeunes en un même point s’explique par la consommation des drogues comme l'ecstasy (1). Les « technos » semblent ne suivre aucune règle : ils constituent leurs propres réseaux via Internet et les flyers, cescartons qui annoncent une fête sans indication de lieu pour réduire les risques d’une interdiction policière.
Techno et rap sont comme les deux frères ennemis de la fondation de Rome : dans leurs veines coule le même sang, mais ils s’opposent radicalement sur la forme, les moyens et les fins. Quand le rap privilégie la stratégie de l’opposition - la banlieue contre le centre, symbole du pouvoiret de l’argent -, la techno refuse de se déclarer en état de siège. Elle cultive au contraire l’art de la subversion, du sous-entendu, du détournement. Les ravers préfèrent le chassé-croisé aux conflits. Nomades, ils circulent en réseaux, se retrouvent de rave en rave, se perdent, rayonnent, se combinent, se séparent.
Ainsi en allait-il, du moins, des raves du début des années 90 : le DJ,plusieurs heures durant, entraîne le public sur sa terre d’élection. Le mix se déroule par vagues. Tantôt on se laisse emporter, tantôt on se fait surprendre par une lame de fond. Mettez dans les mains d’un autre DJ les mêmes disques et ce sera un autre voyage. Le DJ surfe sur la vague aléatoire des bras tendus, en ramène des fragments de rêves épars.

L’espace techno est ce cercle infini dont le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le techno, une musique effervescente : beat, sons et énergie
  • Aléatoire
  • aléatoire
  • Techno
  • Techno
  • la vague
  • La vague
  • Techno

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !