La ville imaginée

2965 mots 12 pages
Du rêve à la réalité

Tout le monde rêve d’une ville idéale. Sauf ceux qui se disent déjà satisfait de la ville qu’ils habitent. Et ils sont rares. Aussi rares que ceux qui trouvent parfaite la société dans laquelle ils vivent. Ainsi pour le philosophe grec Socrate, il était évident que la population d’une cité soit divisée en trois castes distinctes : les artisans, qui fabriquent, cultivent, créent ; les guerriers, chargés de la protection de la citée ; et les magistrats, qui gouvernent. Chacune ayant ses règles et ses taches propres, la société ne serait que mieux organisée et donc proche de la perfection. Cependant penser la ville ne signifie pas uniquement imaginer son organisation politique. Il est également question de son architecture, de son organisation spatiale. Comment cette ville idéale serait-elle aménagée ? C’est cette question qui a amené différents architectes à travers les siècles à élaborer des théories sur l’urbanisme. Charles-Edouard Jeanneret, un architecte du XXème siècle et plus connu sous le nom de le Corbusier, est l’un d’entre eux.

La ville moderne est ainsi devenue une catastrophe d’après l’architecte. Elle n’est plus qu’un désert de pierre et de bitume où règnent le bruit et l‘ennui, où l’automobile a remplacé la nature et où toute règle de géométrie, d’ordre, a disparu.

Et c’est le désordre des centres-villes qui a fait naitre chez les citadins un désir d’évasion : fuir la ville pour se trouver un coin de calme et de verdure. La campagne environnant les cités est ainsi devenue la banlieue pavillonnaire. Une zone aménagée sans plan ni liaison véritable avec l’agglomération où des pavillons trop petits constituent l’image même de la frustration. Ces millions de petites maisons ont entrainé la construction d’un réseau inextricable de routes, de voies ferrées, de canalisations d’eau, de gaz, d’électricité. La ville « s’éparpille » au point de devenir une « ville satellite ».

Selon le Corbusier, il faut

en relation

  • Le zpde
    617 mots | 3 pages
  • La particularité de la ville nouvelle de l'isle d'abeau au tournant des années 70 et 80, et ses possibilités urbaines à venir.
    2977 mots | 12 pages
  • Les bonnes de jean genet
    692 mots | 3 pages
  • Celine « l’arrivée à new york »
    1977 mots | 8 pages
  • Ville futur
    389 mots | 2 pages
  • Imagination, connaissance et réalité
    677 mots | 3 pages
  • Anthologie amour/amitié
    1219 mots | 5 pages
  • Dissert
    430 mots | 2 pages
  • La conquete de plassans
    373 mots | 2 pages
  • Même la pluie
    594 mots | 3 pages