le bon sens

667 mots 3 pages
Au XVIII° siècle, les musulmans se sont emparés de Constantinople, la ville sainte et la transforme en Byzance. Cette puissance des empires Perse et Ottoman fascine la France, donnant naissance au courant orientaliste dans tous les domaines artistiques. Galland introduit la mode en traduisant en 1711 « Les mille et une nuits » bien vite reprise par les philosophes des Lumières pour faire passer leurs idées comme Voltaire dans « Zadig » par exemple. D'Holbach, un des rédacteurs de l'Encyclopédie de d'Alembert et de Diderot semble se situer pleinement dans ce mouvement d'orientalisme philosophique lorsqu'il écrit en 1772 son « Bon sens ou Idées Naturelles opposées aux idées surnaturelles ». Nous allons donc tenter de démontrer que le récit est un « apologue oriental » en montrant que c'est un conte oriental dans la plus pure tradition du XIII° siècle puis en constatant les visées didactiques du récit.
Un texte court: ce texte de 36 lignes cherche avant tout la brièveté, synonyme d’efficacité. (Le conte comme genre court qui choisit l’essentiel)
Le schéma narratif est donc des plus simples: la situation initiale du dervis, son départ pour la Mecque afin de remercier Dieu; deux péripéties, l’une heureuse, l’autre malheureuse. Le récit s’interrompt alors, d’Holbach laissant aux lecteurs le soin de conclure lui-même.
Trois prises de paroles au style direct viennent ponctuer l’action, les deux premières expriment les pensées du dervis, la dernière celles des loups, et la portée du conte se transcrit dans les ressemblances de ces paroles. Là encore, la structure vise la simplicité.
L’évocation du personnage principal est elle aussi extrêmement simple: c’est « un dervis, renommé pour sa sainteté » . Comme la plupart des personnages du conte, il représente non un être humain véritable, mais une fonction symbolique: il est ici l’ascète, le saint homme, le moine, celui qui a consacré sa vie à la religion: « le saint homme » (l.3); « l’homme de Dieu » (l.16); « notre saint

en relation

  • Le bon sens
    312 mots | 2 pages
  • Le bon sens
    5991 mots | 24 pages
  • Le bon sens
    286 mots | 2 pages
  • Le bon sens
    392 mots | 2 pages
  • Je sens bon
    1403 mots | 6 pages
  • Le bon sens
    448 mots | 2 pages
  • Le bon sens
    623 mots | 3 pages
  • Le bon sens d'holbac
    514 mots | 3 pages
  • D’holbach, le bon sens
    1833 mots | 8 pages
  • Le bon sens d'holbach
    3816 mots | 16 pages