Le chef de l'etat de 1789 à 1875

4314 mots 18 pages
Le chef de l’Etat de 1789 à 1875.

«Il est nécessaire que l’Etat ait une tête, c’est-à-dire un chef, en qui la nation puisse voir, au-dessus des fluctuations, l’homme en charge de l’essentiel et le garant de ses destinées», c’est ainsi que Charles de Gaulle définit la notion de chef de l’Etat dans ses Mémoires de guerre publiées en 1959. En d’autres termes le chef de l’Etat doit être selon de Gaulle l’incarnation de la nation, au delà des contingences politiques, et par cette incarnation, le gardien de son sort. D’un point de vue plus technique, le chef de l’Etat est l’autorité dont l’intervention dans l’élaboration des actes juridiques les plus importants (comme par exemple la promulgation des lois ou la ratification des traités) ou la présence à certaines cérémonies, marquent de manière symbolique que c’est à l’Etat d’imputer ces conduites. Cette autorité peut avoir un pouvoir réel faible comme la reine d’Angleterre ou au contraire, de nombreuses prérogatives comme le président des Etats-Unis. En France, les théoriciens juridiques de l’autorité politique ont progressivement construit le modèle unique du monarque absolu comme chef de L’Etat avant de le remettre en cause a partir de la deuxième moitié du XVIIIème. A partir des XIII et XIVèmes siècles en France il s’agit d’assurer le passage de la féodalité a la souveraineté (absolue) du Roi. C’est a cette fin que Jean de Terrevermeille conceptualise la séparation de la fonction royale (immanente) et de la personne royale (contingente) dans son Tractatus de 1418-1419. C’est en réalité là la consécration même de la fonction de chef de l’Etat. La fonction étant posée, Bodin s’adonne à définir la puissance et le rôle associés à cette fonction: la «république» (le royaume) ne peut selon lui avoir qu’un chef, le Roi, qui est souverain en ce qu’il a le pouvoir de «donner et de casser la loi», la souveraineté étant la «puissance absolue et perpétuelle d’une République» (Les Six Livres de la République, 1576). Le Roi est

en relation

  • Le parlementarisme sous la iième république
    1014 mots | 5 pages
  • Iii erepublique d'un regime dualiste à moniste
    1003 mots | 5 pages
  • Histoire constitutionnelle française
    4409 mots | 18 pages
  • le president de la 5 ème république
    2970 mots | 12 pages
  • Droit
    1594 mots | 7 pages
  • Histoire du droit contitutionnel
    4858 mots | 20 pages
  • Les institutions de la 5eme république
    6377 mots | 26 pages
  • Etude des constitutions françaises
    25031 mots | 101 pages
  • Cours droit constitutionnel
    4618 mots | 19 pages
  • Institutionnel et juridique
    6062 mots | 25 pages