Le drame

Pages: 6 (1375 mots) Publié le: 4 novembre 2012
Le
 drame
 
 

  XVIIe
 siècle
 :
 3
 genres
 :
 comédie,
 tragédie,
 commedia
 dell’arte
 
  XVIIIe
 siècle
 :
 naissance
 du
 «
 drame
 »,
 à
 l’origine
 du
 théâtre
 contemporain
  Son
  esthétique,
  où
  domine
  le
  goût
  du
  spectacle,
  ruine
  définitivement
 l’esthétique
  classique
 de
 la
 pureté.
  Drame
 bourgeois
 :
 théâtre
 de
 théoriciens
 plus
 que
 de
 créateurs
  Mélodrame
 :
 son
 avatar.
 Idem
  Drame
 romantique
 :
 de
 grandes
 pièces
 
  Drame
 bourgeois
 :
 
  1)
 Se
 développe
 parce
 que
 la
 tragédie
 apparaît
 comme
 un genre
 caduc
  On
  lui
  reproche
  son
  immoralité
  (le
  héros,
  soumis
  au
  destin,
  n’est
  pas
  responsable
  de
  ses
  crimes
 !),
 le
 public
 est
 las
 des
 sujets
 antiques
 et
 des
 personnages
 héroïques
 =>
 veut
 des
  spectacles
 d’actualité
  Beaumarchais,
  Essai
 sur
  le
  genre
  dramatique
  sérieux
 :
  «
 Il
  n’y
  a
  moralité
  ni
  intérêt
  au
  théâtre
 sans
 un
 secret
 rapport
 du
 sujet
 dramatique
 à
 nous
 ».
  =>
 volonté
 d’abolir
 la
 distance
 entre
 le
 spectateur
 et
 le
 personnage
  Beaumarchais
 :
 «
 Plus l’homme
 qui
 pâtit
 est
 d’un
 état
 qui
 se
 rapproche
 du
 mien,
 et
 plus
  son
 malheur
 a
 de
 prise
 sur
 mon
 âme
 ».
  Tragédies
  de
  Voltaire
 :
  annoncent
  le
  drame
  (volonté
  de
  couleur
  locale,
  pr
  dépayser
  le
  spectateur
 ;
 et
 privilégie
 le
 geste, jugé
 plus
 émouvant
 que
 la
 parole
 :
 il
 a
 la
 chance
 d’avoir
  de
 très
 grands
 acteurs,
 Lekain
 et
 Mlle
 Clairon,
 qui
 délaissent
 la
 déclamation
 :
 
  «
 Qui
  aurait
  osé,
  comme
  M.
  Lekain,
  sortir
  les
  bras
  ensanglantés
  du
  tombeau
  de
  Ninus,  tandis
  que
  l’admirable
  actrice
  qui
  représentait
  Sémiramis
  se
  traînait
  mourante
  sur
  les
  marches
  du
  tombeau
  même
 ?
  Voilà
  ce
  que
  les
  connaisseurs,
  étonnés
  de
  la
  perfection
  inattendue
  de
  l’art,
  ont
  appelé
  des
 tableaux
 de Michel-­Ange.
 C’est
 là
 en
 effet
 la
 véritable
  action
 théâtrale.
 Le
 reste
 était
 quelquefois
 une
 conversation
 passionnée.
 »
 (Voltaire)
  2)
 La
 comédie
 classique
 apparaît
 aussi
 obsolète
 :
 refus
 du
 rire
 franc,
 de
 la
 caricature
 =>
  on
 préfère
 faire
 sourire
 le spectateur.
 Beaumarchais
 et
 Marivaux
  Marivaux
 :
 
  -­‐ -­‐ ressort
  principal
  =
  l’amour
  (comme
  Racine)
  mais
  jamais
  tragique,
  parce
  que
  l’obstacle
 n’est
 jamais
 infranchissable
 (argent,
 classe
 sociale
 :
 pas
 grave)
  jeu
 constant
 entre
 mensonge
 et
 vérité
 fait sourire
 le
 spectateur
 

Importance
  de
  la
  satire
  sociale
 :
  les
  petits
  sont
  victimes
  des
  grands.
  Ex
 :
  le
 Mariage
 de
  Figaro
 (1784)
 =>
 infléchit
 le
 comique
 vers
 le
 spirituel
 (Figaro
 faisant
 des
 remontrances
  au
 Comte
 qui
 veut...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Drame
  • drame
  • Le drame
  • drame
  • Drame romantique
  • Le drame romantique
  • DRAME ROMANTIQUE
  • Drame bourgeois

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !