Le titre

2564 mots 11 pages
Avec la fin de la transmission orale dont on peut attribuer la date au temps du développement des genres littéraires antiques comme la tragédie, l'épopée ou même les églogues de la poésie pastorale, les histoires et contes devenus romans - narration de récits fictifs comme le dit André Maurois - ont adopté des titres, c'est-à-dire une métadonnée désignant l'oeuvre, à des fins usuelles. Beaucoup de lecteur choisissent un roman à partir de son titre, est-ce néanmoins une bonne démarche ? On peut considérer cela comme un moyen efficace, dans sa généralité, jouant un rôle conséquent mais qui présente de nombreuses limites et qui se trouve sujet à controverse.

Ce qui porte l'individu à choisir un roman par son titre, en premier lieu, est le naturel, la simplicité, le pratique, le réflexe : le titre est la première information textuelle visible. C'est un mouvement habituel car le titre est l'élément cognitif,sur le roman, immédiat. Il imprime au lecteur possible la première impression concernant le contenu du livre, il est une clé de compréhension première. Comme son nom l'indique, la page de couverture, est un élément que l'on enlève, et cela si le titre attire, comme une inscription sur une porte. C'est l'unique entrée du texte dans le cas où la quatrième de couverture est un résumé. Il a la primauté sur l'ensemble textuel extérieur, d'où la propension des individus à choisir une lecture romanesque selon son titre. L'effet de la vue et de la lecture du titre entraîne le choix - ou non - de la lecture. En effet, s'il est l'objet du premier geste naturel, il en découle ensuite une attirance, ou plutôt un éveil de curiosité qui entraîne le choix possible. S'il est la première "chose" textuelle vue, il s'en suit donc chez celui qui lit, une impression immédiate : le titre est un argument d'autorité. Charles Grivel souligne la “puissance” du titre dans la mesure où “l’autorité du texte se lit et se subit dès sa marque inaugurale”. Comme une introduction - sans pour

en relation

  • Titre
    2163 mots | 9 pages
  • le titre
    394 mots | 2 pages
  • le titre
    630 mots | 3 pages
  • Le titre
    1952 mots | 8 pages
  • Le titre
    5280 mots | 22 pages
  • Le titre
    742 mots | 3 pages
  • Le titre
    989 mots | 4 pages
  • Le titre
    1378 mots | 6 pages
  • le tigre
    314 mots | 2 pages
  • Le tigre
    283 mots | 2 pages