lecture analytique institution des enfants

Pages: 15 (3620 mots) Publié le: 22 novembre 2014
LA n° 1 : Les Essais, Montaigne, 1595, « De l’institution des enfants », I, 25, de « Savoir par cœur n’est pas savoir » à
« et auquel, si vous ne la formez de bonne heure, la langue ne se peut plier. »

5

10

15

20

Savoir par cœur n’est pas savoir : c’est tenir ce qu’on a donné en garde à sa mémoire.
Ce qu’on sait droitement, on en dispose, sans regarder au patron, sans tourner lesyeux vers
son livre. Fâcheuse suffisance, qu’une suffisance pure livresque ! Je m’attends qu’elle serve
d’ornement, non de fondement, suivant l’avis de Platon, qui dit la fermeté, la foi, la sincérité
être la vraie philosophie ; les autres sciences, et qui visent ailleurs, n’être que fard.
Je voudrais que le Paluel1 ou Pompée2, ces beaux danseurs de mon temps, apprissent
des cabrioles à lesvoir seulement faire, sans bouger de nos places, comme ceux-ci veulent
instruire notre entendement, sans l’ébranler ; ou qu’on nous apprît à manier un cheval, ou
une pique, ou un Luth, ou la voix, sans nous y exercer, comme ceux-ci nous veulent
apprendre à bien juger et à bien parler, sans nous exercer à parler ni à juger. Or, à cet
apprentissage, tout ce qui se présente à nos yeux, sert delivre suffisant : la malice d’un
page, la sottise d’un valet, un propos de table, ce sont autant de nouvelles matières.
A cette cause le commerce des hommes y est merveilleusement propre, et la visite des
pays étrangers, non pour en rapporter seulement, à la mode de notre noblesse Française,
combien de pas a Santa Rotonda3, ou la richesse de caleçons de la Signora Livia4, ou
comme d’autres,combien le visage de Néron, de quelque vieille ruine de là, est plus long et
plus large que celui de quelque pareille médaille, mais pour en rapporter principalement les
humeurs de ces nations et leurs façons, et pour frotter et limer notre cervelle contre celle
d’autrui. Je voudrais qu’on commençât à le5 promener dès notre enfance, et premièrement,
pour faire d’une pierre deux coups, par lesnations voisines où le langage est plus éloigné du
nôtre, et auquel, si vous ne la formez de bonne heure, la langue ne se peut plier.
Les Essais, Montaigne, « De L’institution des enfants », Hatier, Classiques et Cie, mars 2012, pp. 47-49.

Remarques :
 La première phrase est un souvenir des Lettres à Lucilius de Sénèque.
Questions préparatoires à la lecture analytique.
1°) Relevez lesprocédés de style et les faits marquants dans la syntaxe et proposez-en systématiquement une
interprétation. (Vous pouvez traiter cette question sous forme de tableau.)
2°) Etudiez l’argumentation de ce texte. (est-elle directe ou indirecte ? comment progresse-t-elle ? quels arguments
choisit-elle ? …)

1

Le Paluel : pseudonyme de Lodovico Palvallo, était un maître de danse milanais.
Pompée :renvoie à Pompeo Diobono, danseur de la cour.
3
Santa Rotonda : le Panthéon de Rome, de forme circulaire (rotonda en italien) devenu l’église de Sainte-Marie-AuxMartyrs.
4
Signoria Livia : nom de courtisane romaine.
5
Le : renvoie à « l’enfant de la maison » que l’on éduque.
2

La problématique se noue autour du genre particulier de l’essai qui mêle l’expérience personnelle de Montaigne
àdes réflexions théoriques : quel rapport au savoir Montaigne prône-t-il ? Et comment le présente-t-il dans ce texte ?
I. Une voie d’apprentissage originale.
1°) prendre le contrepied des apprentissages traditionnels livresques.
- Contrairement aux préoccupations humanistes, la thèse de Montaigne surprend car elle ne prône pas le savoir.
EX : « Savoir par cœur n’est pas savoir ». l. 1
 Lathèse est présentée de manière catégorique dès la première phrase. Ceci tient à la forme simple de la
phrase, à l’emploi du présent de vérité générale, qui donne à la phrase l’apparence d’une maxime. En effet,
la phrase prend l’aspect d’une révélation. Le renversement est accru par l’emploi en ouverture et fermeture
de la phrase du même verbe « savoir ». Cela mime le mouvement de renversement...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • lecture analytique d'un enfant monstrueux
  • Lecture analytique
  • lecture analytique montaigne d'un enfant monstrueux
  • Lecture Analytique : D'un Enfant Monstreux, Montaigne
  • Institution des enfants
  • Lecture analytique : En quoi la mort d'un enfant renforce la nécessité d'un combat ?
  • Lecture analytique
  • Lecture analytique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !