Les journées de juin 1848

Pages: 12 (2876 mots) Publié le: 13 novembre 2012
DOSSIER SUR
JUIN 1848

Nous allons étudier deux documents ayant tous deux pour thème les journées de juin 1848. Le premier document est un extrait du discours de Michel Goudchaux, député de la Seine, devant l'Assemblée Constituante, le 15 juin 1848. Michel Goudchaux, est né en 1797 à Nancy. Banquier de profession, il est payeur aux armées en poste à Strasbourg de 1832 à 1834. Après avoir étéfavorable à Louis-Philippe de 1830 à 1834, il entre dans l'opposition à la Monarchie de Juillet et devient le spécialiste financier du journal d'opposition Le National. Après la révolution de février 1848, il est nommé ministre des finances dans le gouvernement présidé par Jacques-Charles Dupont de l'Eure le 24 février 1848, afin d'inspirer confiance aux financiers, dont son ami le baron James deRothschild, grand souscripteur des emprunts d'État. Il quitte le ministère dès le 5 mars 1848 en raison de son désaccord sur la suppression de l'impôt sur le sel et sur le timbre qui a été décidée sans qu'il en soit averti. En juin 1848, il est élu député à l'Assemblée nationale. Le 28 juin 1848, il redevient ministre des Finances dans le gouvernement du général Cavaignac.
Dans son discours,Goudchaux s'oppose fermement au maintien des Ateliers nationaux et souhaite leur dissolution.

Le second document est un extrait d'une lettre rédigée par Thumeloup, membre de la « Commission centrale pour les dons et offrandes de la ville de Paris » et destinée à Ulysse Trélat (1795-1879), médecin et homme politique français. Ancien combattant lors de la campagne d'Allemagne en 1813, Trélat devientCommissaire extraordinaire du gouvernement provisoire dans les départements du Puy-de-Dôme, de l'Allier, de la Creuse et de la Haute-Vienne, puis maire du 12e arrondissement de Paris, président de la commission de colonisation, lieutenant-colonel de la 12e légion sous les ordres d'Armand Barbès, et colonel de la cavalerie de la garde nationale. Le 23 avril 1848, il fut choisi comme vice-présidentpar l'Assemblée et fut nommé, le 12 mai, ministre des Travaux publics. Opposé à la fermeture des Ateliers nationaux, il est contraint de démissionner le 28 juin 1848.
Dans cette lettre, Thumeloup décrit à Trélat l'insurrection ouvrière à laquelle il assiste et lui demande de tout faire pour maintenir les Ateliers nationaux, qui, selon lui, sont vitales au maintien de la paix à Paris et à lasurvie des ouvriers parisiens.

Nous allons nous demander en quoi l'annonce de la fermeture des Ateliers nationaux divise-t-elle le peuple et le pouvoir en 1848.
Pour ce faire, nous étudierons trois axes principaux. Dans un premier temps, nous verrons que la fermeture des ateliers nationaux est une nécessité selon le pouvoir, puis dans un second temps nous verrons le désaccord du peuple, et enfinnous nous intéresserons à la répression de la colère ouvrière par le gouvernement.

I- La fermeture des ateliers nationaux, une nécessité selon le pouvoir

A- La définition des ateliers nationaux

Dès la première ligne du premier document, Gouchaux annonce qu'il souhaite la fermeture totale des Ateliers nationaux : « Il faut d'abord que les Ateliers nationaux disparaissent ». Il convient dedéfinir ce que sont les Ateliers nationaux. Ils ont été créés le lendemain de la chute de Louis-Philippe Ier, le 25 février 1848, c'est pourquoi Goudchaux évoque la date du « 24 février » aux lignes 5 et 6. En effet, ce 25 février 1848, les ouvriers, les travailleurs et les militants socialistes font pression sur la nouvelle République pour qu'elle prenne des mesures sociales. Alphonse deLamartine (1790-1869), membre de la Commission du gouvernement provisoire, qui, emporté par la dynamique de la Révolution, proclame avec Louis Blanc (1811-1882), auteur de l'ouvrage Organisation du travail, le « droit au travail » et la nécessité d' « organiser le travail ». Louis Blanc rédige le décret affirmant que le gouvernement provisoire s'engage à « garantir l'existence de l'ouvrier […] et à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Révolution de juin 1848
  • Juin 1848 par karl marx
  • La journée du 13 juin 1849 et ses suites
  • journée
  • juin
  • Deroulement de la journée
  • 1848 une révolution ?
  • Une journée bizare

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !