Les taux d'intérets faibles

Pages: 12 (2880 mots) Publié le: 3 novembre 2009
La baisse des taux d'intérêt peut-elle, à elle seule, permettre une reprise durable de l'investissement ?
Centres étrangers, septembre 1998

L’économie du Japon de la fin des années 90 aura connu des taux d'intérêt réels à long terme inférieurs à 2 %, les plus bas observés dans une économie développée à cette période, en même temps qu’un ralentissement de l’investissement.

Cette situationlaisse deviner que le taux d'intérêt, c'est-à-dire le coût d’emprunt d’un capital rapporté au montant de ce même capital, n’est pas le seul déterminant de l’investissement. Les documents 5 et 6 qui mettent en parallèle le taux d’investissement (pour la France : FBCF / VA x 100) et les taux d'intérêt réels de trois pays de l’OCDE, confirment l’absence de détermination stricte du premier par lesseconds puisque la corrélation est dans l’ensemble loin d’en être probante.

L’investissement que l’on peut définir comme l’acquisition de capital technique (locaux, machines, logiciels…) dépend donc de plusieurs facteurs. Une hiérarchie peut être recherchée entre eux et à cet effet, on peut remarquer que s’il existe plusieurs types d’investissement : investissements de remplacement, de capacité, deproductivité, la finalité est toujours la réalisation d’une production à écouler sur un marché.

Dans le cadre des pays développés à économie de marché, on commencera par montrer le rôle favorable que peut jouer une baisse des taux d'intérêt en précisant les conditions sous lesquelles l’augmentation de l’investissement peut avoir lieu. On expliquera ensuite pourquoi il semble qu’un tauxd'intérêt bas, tout en étant favorable, n’est pas le premier des facteurs à prendre en compte, la demande exerçant un primat.

***



Un taux d'intérêt peu élevé favorise l’investissement pour plusieurs raisons mais ce sous certaines conditions.

*

Des taux d'intérêt peu élevés permettent de faire jouer plus facilement l’effet de levier. Ils évitent de détourner les entreprises del’investissement productif. Ils incitent les ménages au crédit.



Le financement de l’investissement productif des entreprises peut être interne ou externe. Dans le premier cas, on parle aussi d’investissement autofinancé dans la mesure où une partie des bénéfices n’est pas distribuée aux propriétaires de l’entreprise mais utilisée pour investir. Dans le deuxième cas, il est fait appel à des prêteurs(agents à capacité de financement ou banques). En pratique, un projet combinera souvent ces deux types de financement (l’entreprise apporte une part du financement et emprunte le reste). Dans le cas d’un financement (partiellement ou totalement) externe, un calcul va intégrer le niveau des taux d'intérêt réels à long terme.

En effet, l’entreprise va estimer le bénéfice net des charges financières(charges d’emprunt) rapporté par les produits que lui permettrait de réaliser son capital technique. Plus le taux d'intérêt réel (inflation déduite) est fort et plus le montant des charges venant grever son bénéfice sera important. Dans ce cas, on comprend qu’un taux d'intérêt trop élevé soit dissuasif. En revanche, si le taux d'intérêt réels acquitté est faible, en empruntant, l’entreprise augmentesa rentabilité financière c'est-à-dire le rapport entre l’excédent net d’exploitation et ses fonds propres. Par exemple, alors qu’avec un capital de 1 million de francs, sans emprunter, le bénéfice aurait été de 70.000 francs soit une rentabilité financière de 7 %, en empruntant, le bénéfice, une fois les charges financières déduites, pourrait se situer à 100.000 francs soit une rentabilitéfinancière de 10 %. On appelle effet de levier cette élévation de la rentabilité financière grâce à l’emprunt.



Non seulement des taux d'intérêt élevés dissuadent d’emprunter mais ils peuvent aussi compromettre des projets productifs menés à partir des capitaux propres. En effet, le taux d'intérêt est vu comme un coût par l’emprunteur et comme une source de revenu par le prêteur. Or, face...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Taux d'interet faible
  • Des taux d’intérêt faibles sont-ils une condition de la croissance économique ?
  • Des taux d'intérêts faibles sont-ils une condition de la croissance économique ?
  • Des taux d'interets faibles sont ils une condition de la croissance economique
  • Un taux d'intéret plus faible est-il une condition à la croissance?
  • Des taux d’intérêt faibles sont-ils une condition de la croissance économique ?
  • Dans quelle mesure des taux d'intérêts faible sont-ils nécessaire à la croissance
  • Des taux d’intérêt faible sont-ils une condition de la croissance économique ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !