Louis ar(agon

1425 mots 6 pages
Louis Aragon, « Ce que dit Elsa », Cantique à Elsa (1942)

Introduction

En 1928, Aragon, poète surréaliste, rencontre Elsa Triolet, à laquelle il consacre de très nombreux poèmes. Son engagement politique, auprès du parti communiste, ne le détourne pas complètement de sa muse, puisque en 1942, pendant l'Occupation, il lui consacre le Cantique à Elsa, dont « Ce que dit Elsa » est un fragment. Dans ce poème, il donne la parole à son épouse et lui laisse dévoiler les fonctions que doit remplir la poésie. Nous verrons dans un premier temps que l'écriture est envisagée comme le réconfort des malheureux, puis, dans un second temps, nous montrerons que le poème constitue un véritable art poétique.

I) Une poésie du réconfort

Le poète, à travers les paroles qu'il prête à Elsa, présente la poésie comme un chant susceptible de guérir les plaies et d'étouffer les plaintes.

A. L’évocation des malheureux

De même qu'il prête sa voix à Elsa, le poète, par sa parole, donne vie à tous les malheureux, à tous ceux qui sont oubliés et négligés. D'une part, le poète communiste évoque le prolétariat. En effet, il se compare à un « couvreur » (v. 4) et supprime ainsi l'écart traditionnel qui sépare les poè­tes, les auteurs, les intellectuels, des travailleurs manuels. De plus, l'énu­mération « Où l'on trime où l'on saigne où l'on crève de froid » (v. 12) suggère la rudesse du travail. L'emploi d'un terme familier « trime » rend plus explicite la référence au monde ouvrier. L’allusion au « café noir » (v. 14) que l'on boit « au point du jour » suffit à peindre des ouvriers qui quittent l'usine après une nuit de labeur et qui croisent ceux qui se ren­dent à leur travail. D'autre part, le poète résistant décrit la souffrance d'un peuple en guerre. Le champ lexical de la mort parcourt le poème (« sang », v. 3, « trépas », v. 10, « crève », v. 12, « chrysanthème », v. 23) et rappelle la fragilité de l'existence en temps de guerre. La vie est en effet

en relation

  • Oreal 2010
    32917 mots | 132 pages
  • Litterature grecque
    97704 mots | 391 pages
  • Œdipe
    49859 mots | 200 pages
  • Clubs 2011
    86784 mots | 348 pages
  • VACAF_Catalogue_2014
    35956 mots | 144 pages
  • Histoire du droit pénal
    24058 mots | 97 pages
  • Art et littérature
    42539 mots | 171 pages
  • dissertations
    125547 mots | 503 pages
  • Amalnihal, com
    207884 mots | 832 pages
  • ldp methodesetpratiques 2011
    165647 mots | 663 pages