Métallographie

Pages: 9 (2066 mots) Publié le: 23 février 2011
Etude des matériaux

Rapport d’analyse métallographique

1°) Introduction :

1) Le but des essais métallographiques :

Le but des essais métallographiques est de déterminer la structure du matériau que l’on étudie grâce à l’utilisation d’un microscope électronique pour métallurgiste. La structure du matériau nous renseignera sur différentes propriétés physiques del’échantillon grâce à la détermination des phases qui le composent. Par exemple, la forme, leur nature, leur distribution, leur quantité et la direction des lignes de glissement si l’échantillon a été soumis à des déformations.
On pourra donc également observer si le matériau a subit un traitement thermique par sa structure cristalline.
2) Les références des échantillons :

Nous avonstravaillé sur deux types d’échantillons différents : de la fonte et de l’acier.
Nous avons reçu un échantillon d’acier nommé C1 que nous avons sciés en trois afin d’effectuer des traitements de trempe et de recuit (le dernier servant de référence et il n’a subit aucun traitement thermique).

[pic]

De même, pour ce qui est de la fonte, nous avons reçu deux échantillons, lepremier était un fragment de Taque d’égout et un deuxième dénommé F1.

[pic]

3) Les références des microscopes utilisés et des logiciels :
Afin d’étudier les différents échantillons, nous avons travaillé avec deux microscopes électronique de métallurgiste qui étaient directement relier à des logiciels de métallographie pour réaliser et analyser les captures d’image de noséchantillons…..
4) Description de la préparation des échantillons :
Préparation de la résine
[pic]
Etant donné le fonctionnement d’un microscope de métallurgie (travail par réflexion de la lumière), les surfaces d’observation des échantillons de nos matériaux doivent être les plus planes possibles mais elles doivent aussi pouvoir réfléchir la lumière.
Pour sefaire, nous avons enrobés nos échantillons dans de la résine synthétique.(machine… principe)
Apres cela, on utilise une polisseuse automatique afin d’obtenir une surface plane (pour que chaque point de l’échantillon soit équidistant de la lentille) et avoir un effet « poli miroir ».
On commence toujours le polissage en partant du disque de polissage ayant les grains les plus grossiers pour finalementarriver au disque ayant les grains les plus fins.
Polissage des surfaces et produits

[pic]

[pic]

[pic]

[pic]

Attaques et produits

2°) Analyse métallographique de l’acier :

Pour rappel, notre échantillon portait la mention C1 et à été scié en trois morceaux distincts afin d’effectuer des traitements de trempe et derecuit.

A°) Introduction :

On peut parler d’un acier lorsque l’alliage fer-carbone contient à l’état recuit l’agrégat eutectoïque appelé perlite, sans carbone libre graphitique. Ce qui se chiffre en une composition en carbone, dans le matériau, comprise entre 0,0025 et 1,7%.
On parle d’acier non-allié lorsque la teneur des autres éléments (tels le Mn, Cr, S, P) inférieure aux limites fixéesdans la norme NF EN 100020.
A l’état d’équilibre à différentes températures, un acier solide peut contenir les différentes phases suivantes :
- L’austénite : Cristallise dans le système CFC. Peut contenir jusqu’à 1,7% de carbone à 1145°C. Sous forme de solution solide de carbone dans le fer γ. Douce et donc facile à usiner.
- La ferrite : Cristallise dans le système CC. Pouvantcontenir maximum 0,02% de carbone à 727 °C. Sous forme de solution solide de carbone dans le fer α. Très malléable.
- La cémentite : Cristal de forme orthorhombique à 6,67% de carbone, est associé à de la ferrite ou de la perlite à l’état de phase.
- La perlite : Mélange hétérogène de ferrite et de cémentite à 0,85% en masse de carbone prenant deux aspects différents : lamellaire et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !