Magnus

Pages: 2 (271 mots) Publié le: 15 juin 2013
Magnus - Sylvie Germain
Dans les méandres de l’âme humaine…
Prix Goncourt des Lycéens 2005

«Ecrire, c’est descendre dans la fosse du souffleur pourapprendre à écouter la langue respirer là où elle se tait, entre les mots, autour des mots, parfois au cœur des mots.» : voilà bien un roman qui «colle» complètement à cetteassertion et… qui mérite bien le Goncourt des lycéens !
M.A.G.N.U.S. : six lettres brodées et attachées au cou d’un ourson qui débute sa vie en Allemagne hitlérienne,compagnon d’un petit garçon qui a tout oublié de ses premières années de vie ; six lettres qui deviennent prénom d’emprunt du petit garçon devenu jeune homme ; un jeunehomme en quête de sa véritable identité…
Ce roman nous percute parce qu’il nous parle de nous : la vie n’est–elle pas une quête incessante de la recherche desoi-même, avec des périodes intenses et des «passages à vide» ?
"Assigné à résidence dans la nuit muette de son corps, il menait en fait un dialogue pluriel : avec les vivants,avec les morts, avec lui-même et bien d'avantage encore avec la part d'inconnu dont il sentait en lui la présence discrète et cependant souveraine."
Voilà de quoiest fait ce roman que nous livre Sylvie Germain, en utilisant des procédés d’écriture peu communs : au milieu des fragments du texte, elle insère des paragraphes intitulés"séquence", "notule", "écho", "résonances" ou "éphéméride", en citant ainsi d’autres auteurs tels que Supervielle, Célan ou Shakespeare... Autant de scissions explicativesou historiques nécessaires à la compréhension. Le tout formant un ensemble magnifique, émouvant, envoûtant, déstabilisant… bref, du grand chef-d’œuvre littéraire.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • magnus
  • Magnus
  • Magnus
  • Magnus
  • Magnus
  • Magnus
  • Magnus
  • magnus

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !