Max ernst et le surréalisme (l'ange du foyer et l'éléphant de célèbes)

1298 mots 6 pages
Max Ernst

I. Surréalisme
[« Automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale. »]

Autant René Magritte que André breton sont des artistes surréalistes.
Le surréalisme est un mouvement littéraire et artistique né après la Première Guerre mondiale ; ce mouvement succède au dadaïsme.
Ce mouvement repose sur le refus de toutes les constructions logiques de l’esprit et sur les valeurs de l’irrationnel, de l’absurde, du rêve, du désir et de la révolte.
Souvent, les écrivains surréalistes se libèrent de la contrainte du sens dans leurs productions littéraires ; c’est ainsi que le groupe surréaliste s’adonnait au jeu du « cadavre exquis », jeu qui consiste à écrire des phrases « au hasard, chaque participant donnant un seul élément de phrase […] sans connaître les autres ».
Le mouvement est défini par André Breton dans le Manifeste du surréalisme, publié en 1924. Parmi les écrivains surréalistes, on peut citer Louis Aragon, Paul Éluard, Philippe Soupault, Robert Desnos, Antonin Artaud ou encore Georges Bataille. Parmi les peintres, citons Max Ernst, Salvador Dalí, René Magritte.

II. Max Ernst biographie
Max Ernst est né le 2 avril 1891 à Brühl (<-allemand). Il est à la fois peintre et sculpteur. Un grand acteur du mouvement surréaliste (un peu dada). Il commence par étudier la philosophie à l’université de Bonn, mais il abandonne pour se consacrer à l’art. Après l’aspiration au mouvement dada en 1918, il se tourne vers le surréalisme notamment par la rencontre de Paul Eluard.
Dès 1920, il est connu pour ces collages, technique novatrice déjà pratiqué par Picasso, qui consiste à assembler des objets sur la toile. En 1925, Max Ernst invente la technique du frottage consistant à poser une feuille sur une surface quelconque et à

en relation

  • Le mouvement surréaliste
    1523 mots | 7 pages